Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Nîmes, les victimes de violences conjugales pourront déposer plainte à l'hôpital

-
Par , France Bleu Gard Lozère

A Nîmes, les victimes de violences conjugales pourront déposer plainte directement au CHU de Nîmes, à Carémeau. Et aussi à Serre-Cavalier, au Grau du Roi ou encore au Vigan. Police, gendarmerie, hôpital et justice viennent de signer une convention.

slogan à Nîmes près de la Maison Carrée lors d'une manifestation contre les violences congugales
slogan à Nîmes près de la Maison Carrée lors d'une manifestation contre les violences congugales © Radio France - Philippe Thomain

C'était un engagement du Premier ministre lors du Grenelle contre les violences conjugales : que les femmes puissent porter plainte directement à l'hôpital. 1.200 plaintes déposées dans le Gard en 2019, un chiffre en augmentation de 20% par rapport à 2018, mais un chiffre en dessous de la réalité de ces violences. D'où cette volonté de développer le dépôt de plainte à l'hôpital. C'est désormais possible à Nîmes, au CHU de Carémeau. "Et c'est plus qu'une pièce mise à disposition des policiers ou des gendarmes" insiste Nicolas Best, le directeur de l'hôpital, "c'est toute une chaîne au service de la personne victime de violences conjugales, depuis les soignants jusqu'au dépôt de plainte".

"C'est un accompagnement global de la victime"

La convention signée entre police, gendarmerie, hôpital et justice va permettre, après l'accueil et les soins par les médecins et personnels de l'hôpital, le dépôt de plainte dans un lieu sécurisé. Mais c'est plus que ça, la victime de ces violences pourra aussi rencontrer assistante sociale ou psychologue... bref, c'est presque une plate-forme de prise en charge qui se met en place explique Joëlle Gras, sous-préfète du Gard en charge de dossier dans le département 

Joëlle Gras, en charge du Grenelle contre les violences conjugales dans le Gard

Avantage pour le département du Gard, la présence à l'hôpital de Nîmes, sur le site de Carémeau, d'une unité médico-judiciaire. Un vrai plus dans le traitement de ces dossiers pour Éric Maurel, procureur de la République de Nîmes. Plus de rapidité pour la justice et de sécurité pour les victimes

Éric Maurel, procureur de la République de Nîmes

Nîmes et aussi Le Grau du Roi ou encore Le Vigan

Cette convention signée par l'hôpital de Nîmes ne s'applique pas qu'à Nîmes. Elle est valable dans tous les établissements associés, c'est à dire aussi bien à Serre-Cavalier qu'au Grau du Roi ou au Vigan. Nicolas Best, le directeur général de l'hôpital le dit, les personnels de l'unité médico-judiciaire sont appelés à se déplacer.

Nicolas Best, directeur général de l'hôpital de Nîmes

Un téléphone d'écoute national destiné aux femmes victimes de violences, à leur entourage et aux professionnels concernés : 3919.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu