Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Depuis près de 40 ans, une parcelle crée la discorde à Solliès-Ville

-
Par , France Bleu Provence

À qui appartient la parcelle AE4 de Solliès-Ville ? Cette question est au cœur d'un imbroglio administratif et judiciaire depuis 1981. Ce mardi, Marc Bravo, l'habitant qui revendique la propriété, a posé plusieurs blocs en béton au milieu de la route. C'est "une voie communale" répète le maire.

Marc Bravo a posé, ce mardi 29 octobre, trois blocs de béton au milieu de la chaussée
Marc Bravo a posé, ce mardi 29 octobre, trois blocs de béton au milieu de la chaussée - DR

Solliès-Ville, France

La parcelle de la discorde à Solliès-Ville ! Un habitant du Chemin des Combes est en guerre contre la municipalité depuis 38 ans pour quelques dizaines de m² ! L'extrémité de la parcelle AE4 est située en plein milieu d'une route qui dessert un hameau de 300 familles ! Les procédures administratives et judiciaires se multiplient autour de ce dossier depuis 1981. Mais toujours aucune issue... et les deux parties campent sur leur position : il s'agit d'un chemin communal selon la mairie. C'est une propriété privée répond Marc Bravo, l'habitant qui revendique la propriété.

Blocs de béton au milieu de la route

Après avoir creusé la chaussée à coups de tractopelle en 2016, Marc Bravo n'a pas hésité, ce mardi 29 octobre, à poser 3 blocs de béton au milieu de la route pour empêcher le passage des voitures. Le maire, les gendarmes et un huissier de justice se sont rendus sur place. Marc Bravo a été placé en garde à vue plusieurs heures pour entrave à la circulation. Les blocs de béton ont été saisis. Le quinquagénaire a répliqué ce mercredi matin en déposant plainte contre le maire pour violation de propriété privée et plainte contre X pour vol de matériel. 

Chaque partie campe sur sa position

Marc Bravo, le quinquagénaire, explique qu'il n'est pas "un fou. Je veux justifier le droit à ma propriété. Je suis en possession de l'acte de propriété. Je suis désolé pour la gêne occasionnée aux riverains. Mais aujourd'hui, si on ne fait pas de bruit dans les médias, il est très compliqué de se faire entendre." Le maire, Roger Castel, élu dans cette commune de 2800 habitants depuis 1989 et maire depuis 2014, ne décolère pas : "En 1981, une enquête publique a classé cette route comme une voie communale. Une délibération du conseil municipal a validé la décision. C'est donc une voie communale, il n'a pas le droit de la bloquer... d'autant qu'elle dessert un hameau où vivent 300 habitants."

Nouveau rendez-vous judiciaire

La justice se penchera une nouvelle fois sur ce dossier le 15 novembre prochain : Marc Bravo a assigné la commune, devant le juge des référés du Tribunal de Toulon, pour qu'elle remette en état la route, c'est-à-dire enlever le bitume de la chaussée et les canalisations qui se trouvent en sous-sol.

Au sol, en rose fluo, les délimitations de la parcelle AE4  - Radio France
Au sol, en rose fluo, les délimitations de la parcelle AE4 © Radio France - Sophie Glotin
Choix de la station

France Bleu