Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'accident du TGV Est à Eckwersheim

Déraillement d'Eckwersheim : un problème de vitesse déjà trois jours avant le drame

lundi 25 juillet 2016 à 7:21 Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Le 14 novembre 2015, le déraillement d'un TGV faisait onze mort lors d'essais sur la ligne Paris Strasbourg. Une vitesse excessive est alors pointée du doigt. Selon Aujourd'hui en France, le problème était connu des conducteurs.

Déraillement d'un TGV à Eckwersheim le 14 novembre 2015.
Déraillement d'un TGV à Eckwersheim le 14 novembre 2015. © Maxppp -

Alsace, France

Le drame d'Eckwersheim, qui a fait 11 morts lors d'essais entre Paris et Strasbourg le 14 novembre 2015, aurait-il pu être évité? Le quotidien Aujourd'hui en France révèle ce lundi que plusieurs conducteurs de la SNCF savaient qu'il était difficile de freiner suffisamment à certains endroits pour respecter les vitesses de la feuille de route.

Une équipe d'essais inquiète"

Le journal s'est procuré une vidéo tournée dans la cabine de pilotage trois jours avant le drame. Elle montre que le conducteur avait déjà des difficultés à ralentir suffisamment en trois endroits. "La retranscription de ce film de près de vingt minutes par les enquêteurs (...)  laisse apparaître une équipe d’essais (...)  très inquiète", souligne Aujourd'hui en France.

En mars dernier, Aujourd'hui en France avait déjà révélé que la vitesse excessive et le freinage tardif de la rame d'essai TGV ne seraient pas dus à une faute d'inattention mais à une décision volontaire, celle d'un des pilotes, un cadre de la SNCF qui supervisait le test.

Lire aussi: Déraillement d'un TGV en Alsace : le freinage tardif aurait été volontaire