Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'accident du TGV Est à Eckwersheim

Déraillement du TGV d'Eckwersheim : un nouveau rapport pointe l'incompétence des personnels de la SNCF et de sa filiale

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Un nouveau rapport a été remis mercredi au juge d'instruction en charge de l'enquête sur le déraillement d'une rame d'essai du TGV à Eckwersheim (Bas-Rhin) en 2015. Il accable une nouvelle fois la SNCF et sa filiale Systra.

Le déraillement d'une rame d'essai du TGV Est a fait 11 morts le 14 novembre 2015.
Le déraillement d'une rame d'essai du TGV Est a fait 11 morts le 14 novembre 2015. © AFP - Frédérick Florin

Eckwersheim, France

Les rapports se suivent et se ressemblent dans le dossier du déraillement d'une rame d'essai du TGV Est à Eckwersheim (Bas-Rhin), le 14 novembre 2015. Le dernier en date a été remis au juge d'instruction mercredi 23 janvier. Comme les précédents, il pointe du doigt les manquements de la SNCF et de son personnel, ainsi que celui de sa filiale Systra.

Du personnel pas formé

Les conclusions du rapport sont accablantes notamment pour le chef de projet qui "avait reçu une formation générale de culture ferroviaire, mais avait une compétence insuffisante en matière d'essais dynamiques et de risques ferroviaires", peut-on lire dans les conclusions du rapport révélé par France 3 Alsace et dont nous avons également pu prendre connaissance. Ce n'est pas mieux pour le chef d'essai qui "_n'avait pas de connaissances techniques ferroviaires_, n'avait pas d'expérience d'essais dynamique et n'avait reçu aucune formation dans ces domaines".  

Ils ont joué avec la sécurité" - Claude Lienhard, avocat de parties civiles

En résumé, ce nouveau rapport affine les précédents souligne Me Claude Lienhard, avocat de parties civiles : "La société Systra n'a pas fait son travail en fonction des règles de l'art et du savoir-faire. _Elle a accepté que le personnel ne soit pas compétent_, elle n'a pas fait de briefing. L'ensemble de ses carences a conduit à ce que la sur-vitesse soit mal appréciée". 

Pour l'avocat, cela vient confirmer qu'on a fait "du bricolage". "On aurait dû avoir des professionnels du risque qui devaient anticiper, là ils ont joué avec la sécurité". 

Dans ce dossier, Systra et la SNCF ont été mises en examen en décembre 2017 pour homicides et blessures involontaires. En octobre 2016, deux employés de la SNCF et un salarié de Systra ont déjà été mis en examen pour les mêmes motifs.

Onze personnes sont mortes, 42 autres blessées dans l'accident d'Eckwersheim le 14 novembre 2015, au lendemain des attentats à Paris. C'est le premier déraillement mortel dans l'histoire du TGV depuis sa mise en service en 1981.