Infos

Déraillement du TGV à Eckwersheim : "L'équipe de conduite n'avait pas les compétences requises"

Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu lundi 31 octobre 2016 à 9:05

L'accident de la rame d'essai d'un TGV avait fait 11 morts le 14 novembre 2015 à Eckwersheim
L'accident de la rame d'essai d'un TGV avait fait 11 morts le 14 novembre 2015 à Eckwersheim © Maxppp -

Le rapport judiciaire d'étape sur les causes de l'accident de TGV à Eckwersheim (Bas-Rhin) le 14 novembre 2015, confirme qu'une erreur humaine est à l'origine de l'accident qui a fait 11 morts. Un rapport révélé par Le Parisien.

Selon le rapport judiciaire d'étape que s'est procuré le journal Le Parisien, c'est bien une erreur de l'équipe de conduite qui a provoqué le déraillement de la rame d'essai du TGV le 14 novembre 2015 à Eckwersheim, au nord de Strasbourg. L'accident a fait 11 morts.

Dans ce rapport, deux ex-ingénieurs d'Alstom révèlent que les calculs pour déterminer les zones où le TGV devait freiner étaient erronées. C'est sur la base de ces calculs que l'équipe s'est basée. Selon Le Parisien, pour passer avec certitude de 330 km/h à 176 km/h, l'équipe de conduite aurait dû déclencher le freinage trois kilomètres avant le point kilométrique 403. Or, la feuille de route des pilotes du TGV ne prévoyait de freiner que deux kilomètres avant. Le cheminot chargé d'encadrer les conducteurs a pris la décision de retarder le freinage d'un kilomètre supplémentaire.

L'équipe de conduite s'est vu confier la responsabilité de décider des points d'enclenchement du freinage alors qu'elle n'en avait ni les moyens ni les compétences requises. (rapport judiciaire)

Le rapport est particulièrement critique envers les personnes en charge de piloter le TGV. "L'équipe de conduite s'est vu confier la responsabilité de décider des points d'enclenchement du freinage alors qu'elle n'en avait ni les moyens ni les compétences requises". Le 12 octobre dernier, deux salariés de la SNCF et un salarié de Systra, la filiale chargée des essais, ont été mis en examen pour homicides et blessures involontaires.

Une cérémonie sera organisée sur les lieux du drame le 14 novembre prochain, en présence notamment de Juliette Méadel, secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes. A cette occasion, une stèle sera dévoilée et un petit jardin du souvenir sera inauguré.

Partager sur :