Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : L'accident du TGV Est à Eckwersheim

Déraillement du TGV Est en 2015 : la SNCF mise en examen pour "homicides involontaires"

Deux jours après sa filiale Systra, la SNCF est à son tour mise en examen dans l'enquête sur le déraillement d'un TGV à Eckwersheim, en Alsace, qui avait fait 11 morts en 2015, a-t-on appris ce jeudi. La SNCF est mise en examen pour "blessures et homicides involontaires".

En 2015, le déraillement du TGV Est avait 11 morts.
En 2015, le déraillement du TGV Est avait 11 morts. © AFP - Frederick FLORIN

Eckwersheim, France

La SNCF a été à son tour mise en examen pour "blessures et homicides involontaires", deux jours après sa filiale Systra, dans l'enquête sur le déraillement d'un TGV à Eckwersheim, en Alsace en 2015,  qui avait fait 11 morts, a-t-on appris ce jeudi.

La SNCF accusée de "maladresse, imprudence, négligence ou manquement à une obligation de sécurité

Au terme de deux jours d'audition par le juge d'instruction, le groupe ferroviaire est poursuivi comme personne morale pour "blessures et homicides involontaires par maladresse, imprudence, négligence ou _manquement à une obligation de sécurité_", a précisé cette source. Le 14 novembre 2015, la rame, qui effectuait un essai sur le dernier tronçon de la ligne à grande vitesse (LGV) Paris-Strasbourg, avait déraillé par excès de vitesse, plus de 90 km/h par rapport à la vitesse autorisée, à l'entrée d'une courbe sur la commune d'Eckwersheim (Bas-Rhin). 

"On va enfin connaître la vraie position des deux entreprises"

Cette annonce n'est pas une surprise pour Nicolas Heury. Cet habitant originaire de Sarrebourg (Moselle) a perdu son père dans l'accident, un contrôleur SNCF de Saverne à la retraite. En 2016, il a rencontré les PDG de la SNCF et de Systra :

Ils nous avaient dit, presque main dans la main qu'ils assumeraient leurs responsabilités. Et maintenant, quand je vois le communiqué de Systra qui indique qu'ils vont prouver qu'ils n'ont commis aucun délit. Je me demande s'ils vont assumer." Nicolas Heury, fils d'une victime

Pour l'avocat des victimes, Maître Chemla, c'est le début "officiel de la procédure judiciaire.

On va enfin connaître la vraie position des deux entreprises. On va savoir si l'on reste sur les déclarations conciliantes du début ou si le naturel va reprendre le dessus et qu'elles vont nier avoir engagé leur responsabilité." Maître Chemla, avocat des victimes

D'autres personnes peuvent encore être mises en examen (ou non) ajoute le bâtonnier. 

Dans cette affaire, deux scénarios sont désormais possibles: 

  • soit la SNCF et sa filiale admettent les rapports d'expertise, et la suite de l'instruction sa déroulera rapidement, 
  • soit elles n'admettent pas ces décisions, et il y aura des contre-expertises, et un prolongement du temps de l'instruction.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu