Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'affaire du Docteur Muller

Dernière ligne droite dans le procès Muller

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Alsace
Manuel

Le procès de Jean-Louis Muller reprend ce lundi à Nancy. Le docteur alsacien est jugé pour le meurtre de sa femme. Condamné deux fois à 20 ans de réclusion, il a toujours clamé son innocence. Retour sur la première semaine.

Jean-Louis Muller, accusé d'avoir tué sa femme, lors du troisième procès à Nancy le 21 octobre 2013.
Jean-Louis Muller, accusé d'avoir tué sa femme, lors du troisième procès à Nancy le 21 octobre 2013. © Maxppp

Il y a un nouveau docteur Muller.

Fini le médecin légiste arrogant qui intervenait sans cesse au premier procès, pour faire part de son expertise. Fini aussi le docteur muet présent à la cour d’appel.

Lors de ce troisième procès, Jean-Louis Muller répond juste aux questions de la présidente de la cour, il est un poil bavard, se perd dans les détails, mais passe le reste de son temps sagement assis dans le box des accusés, les mains jointes en prière devant son visage.

Le docteur écoute les témoins et les experts car dans cette affaire vieille de 14 ans, il y a de nombreuses expertises.

Déjà 12 experts entendus à la barre

12 spécialistes se sont présentés à la barre mais tous ou presque on conclut par des "c’est plutôt pas probable", "il me semble", sans jamais trancher vraiment entre meurtre ou suicide.

Sauf peut-être l’expert en recherche d’empreinte digitales qui n’a trouvé aucune trace sur l’arme et les munitions , bizarre en cas de suicide.

Quant aux témoins, là aussi ils ne sont pas tous d’accord, pour certains Brigitte n’aurait jamais pu se suicider, surtout pas avec une arme, pour d’autres elle n’allait vraiment pas bien, "elle n’était plus comme avant".

Il reste quatre jours de procès pour lever ces incertitudes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess