Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des amendes pour les deux "gilets jaunes" drômois qui ont recouvert de peinture un radar de la RN 7

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Ces deux gilets jaunes drômois avaient été surpris en flagrant délit le 26 mars au soir par des gendarmes, alors qu'ils recouvraient de peinture un radar à La Roche-de-Glun. Le tribunal de Valence les a condamné ce mercredi à des amendes de 600 et 450 euros.

archives : un radar dégradé à la peinture prés de Crest en janvier dernier
archives : un radar dégradé à la peinture prés de Crest en janvier dernier - gendarmerie nationale

Valence, France

Le tribunal de Valence a condamné ce mercredi ces deux "gilets jaunes" drômois à des amendes de 600 et 450 euros. L' homme et la femme  avaient été surpris en flagrant délit par une patrouille de gendarmerie alors qu'ils recouvraient de peinture les vitres du radar de la RN 7 à La Roche-de-Glun. 

Une action coup de poing individuelle

Lui est un père de famille de 36 ans qui vit à Montéléger, elle a 39 ans et élève seule ses deux enfants à Montélier. Tous deux sont salariés et engagés dans le mouvement des gilets jaunes depuis de nombreuses semaines. Ce soir là ils sortent un peu déçus de la réunion à Valence, car aucune action précise n'est décidée. Ils partent donc tous les deux en scooter pour aller "taguer"ce radar.

Manifester ou dégrader ?

Pour leurs avocates aucun doute, recouvrir ce radar de peinture ce n'est qu'une forme d'expression du droit de manifester. Avis forcément contraire du procureur de la République : "ils ne manifestaient pas, c’était une initiative personnelle"et ils ont bel et bien dégradé ce bien d'utilité publique en recouvrant les vitres de peinture.  

Traitement disproportionné 

Les avocates ont également souligné qu'un traitement de "défaveur" avait été réservé à ces deux là car ils sont gilets jaunes. L'homme a fait 48 heures de garde à vue alors qu'il a reconnu les faits dès le début et même accepté de suivre les gendarmes avec son scooter sans tenter de s'enfuir. La mère de famille elle, serait restée 11 heures d’affilé sans que personne ne lui propose à manger ou à boire et retenue dans une cellule aux toilettes bouchées et inutilisables. Des conditions de gardes à vue qualifiées d'indignes par son conseil.

Des amendes et le remboursement de la facture de nettoyage 

La mère de famille a regretté son geste devant le tribunal, l'homme n'en a rien fait. Le procureur avait demandé 30 jours amende à 20 euros pour chacun des deux gilets jaunes. Le tribunal a préféré prononcer des peines d'amende simple, 600 euros pour le père de famille mais 450 seulement pour la maman qui élève seule ses enfants car elle n'a qu'un salaire au SMIC. Le tribunal les a tout de même aussi condamnés à payer solidairement la facture du nettoyage du radar qui s’élève à 444,57 euros.