Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des amendes requises après la fuite de pétrole à Ambès en 2007

-
Par , France Bleu Gironde

Le procureur de la République a requis des amendes pour pollution après la fuite de pétrole à Ambès en 2007. Entre 50 et 150m3 s'étaient déversés dans la Garonne. Le délibéré sera rendu le 17 novembre.

Le tribunal de Bordeaux
Le tribunal de Bordeaux © Radio France

Le procureur de la République de Bordeaux a requis des amendes de plusieurs milliers d'euros pour pollution contre l'exploitant et l'opérateur après la fuite de pétrole à Ambès en 2007. Une cuve s'était fissurée à cause de son usure.

 30.000 euros contre l'opérateur les Docks Pétroliers d'Ambès, 5.000 euros contre Gilles Coudrette, ex-directeur général de la Société Pétrolière du Bec d'Ambès au moment des faits. Après plus de sept ans d'instruction, le dossier est enfin passé devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. L'audience aura duré plus de cinq heures avec une vraie bataille entre les avocats de la défense et des parties civiles. 

Les associations de protection de l'environnement et la mairie de Macau réclament des dommages et intérêts. Pour leurs avocats, il y a bien eu faute de la DPA et de son directeur en 2007. Lors de la fuite du 11 janvier, il reproche à Gilles Coudrette de ne pas avoir vidé la fosse. Celui-ci avait préféré installer un pied d'eau avant que la cuve de pétrole ne se fissure complètement. 

Ce dernier ainsi que la société SPBA ont défendu leur gestion de la situation en 2007. La DREAL a affirmé qu'il aurait été difficile de faire mieux lors de cette situation d'urgence. La cuve avait déversé plus de 13.000 m3 de pétrole mais la majeur partie avait été contenue. Selon les experts, seule une quantité entre 50 à 150 m3 avait pu atteindre la Garonne. Les expertises affirment par ailleurs que les conséquences environnementales ont été minimes après cette fuite.  

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a mis son jugement en délibéré au 17 novembre 2014.

"Le Bec d'Ambès est une bombe à retardement"