Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des associations écologistes demandent l'arrêt du chantier EPR de Flamanville

-
Par , France Bleu Cotentin, France Bleu
Flamanville, France

Huit associations environnementales lancent des recours en justice pour arrêter le chantier EPR de Flamanville. Quinze jours après les révélations de France Bleu, ces dossiers mettent en cause EDF et Areva.

C'est aussi à Flamanville qu'est en construction le réacteur EPR, juste à côté du centre de production de l'électricité
C'est aussi à Flamanville qu'est en construction le réacteur EPR, juste à côté du centre de production de l'électricité © Radio France - Jacqueline FARDEL

Greenpeace France, le Réseau « Sortir du nucléaire », Notre affaire à tous, France Nature Environnement, l’Observatoire du nucléaire, le Crilan, la Criirad et Stop EPR déposent un recours administratif visant l’arrêt du chantier de l’EPR de Flamanville. Dans un communiqué publié ce mercredi, ces huit associations écologistes précisent "qu'en plus des anomalies découvertes sur la cuve et le couvercle de l’EPR, il est désormais établi qu’EDF et Areva ont dissimulé des informations au public pendant des années sur leur incapacité technique et financière à mener ce chantier".

En clair, selon ces associations, les deux entreprises auraient eu connaissance dès 2005 de gros problèmes de qualité concernant la forge du Creusot, en charge de la fabrication de la cuve de l'EPR. Un élément "dissimulé", dénonce notamment Greenpeace. L'association estime que le décret autorisant le chantier n'aurait pas dû être signé. Pour son chargé de campagne nucléaire, Cyril Cormier, il faut arrêter les dégâts : "Il vaut mieux arrêter aujourd'hui ce chantier plutôt que de continuer quelque chose qui va coûter au contribuable français et réorienter cet argent vers les énergies renouvelables et on, aura beaucoup moins de problèmes".

Bouygues avait été condamné pour travail au noir sur le chantier de l'EPR à Flamanville
Bouygues avait été condamné pour travail au noir sur le chantier de l'EPR à Flamanville © Radio France - Jacqueline Fardel

Greenpeace et les associations déposent un recours devant le Premier ministre, puis elles saisiront le Conseil d’Etat pour demander l’abrogation du décret d’autorisation du chantier de Flamanville, qui date de 2007. Dans leur communiqué les associations précisent que "les récentes révélations parues dans la presse sur l’affaire des anomalies dans l’industrie nucléaire viennent confirmer que ni EDF, ni Areva n’ont les capacités techniques de réaliser ce chantier". Depuis 2005, les deux industriels savaient que l’usine Creusot Forge d’Areva n’était pas en capacité de produire des pièces conformes aux normes de sûreté. Pendant plus de dix ans, EDF et Areva ont donc laissé fabriquer des pièces défectueuses pour les centrales nucléaires (dont l’EPR de Flamanville), et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a laissé faire.

LIRE AUSSI : EPR de Flamanville, l'incroyable négligence d'EDF et Areva

L’arrêt du chantier de l’EPR de Flamanville est inéluctable, selon les associations

"Si en 2005-2006, ces informations avaient été publiques, le chantier de l’EPR de Flamanville n’aurait sans doute jamais vu le jour" ,explique Laura Monnier, chargée de campagne juridique pour Greenpeace France. Elle ajoute : "EDF et Areva, qui n’avaient pas les capacités techniques pour construire cet EPR, ont préféré déroger à leurs obligations et dissimulé pendant dix ans des informations au public pour pousser à tout prix la réalisation du chantier".

Les militants de Greenpeace sur le marché de la place St-Joseph à Colmar
Les militants de Greenpeace sur le marché de la place St-Joseph à Colmar © Radio France - Guillaume Chhum

Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France, souligne de son côté que "EDF et AREVA s’obstinent à prétendre que l’EPR pourra démarrer en 2018, mais ils ont demandé que l’autorisation du chantier dure jusqu’en 2020". "En réalité, la date de fin des travaux est totalement hypothétique, en raison des retards accumulés et de la gravité des anomalies détectées sur la cuve. C’est pourquoi le chantier de Flamanville doit être stoppé dans les plus brefs délais", conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess