Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des bénévoles d’un collectif d’aide aux migrants en garde à vue à Saint-Étienne

jeudi 2 novembre 2017 à 17:24 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Dans la nuit de mardi à mercredi, rue Henri-Gonnard à Saint-Étienne, deux bénévoles du collectif «Agir ensemble» et quatre pères de familles roumains ont été interpellés alors qu’ils tentaient d’ouvrir un bâtiment public vide pour y loger deux familles sans-abri.

Pour l'instant, les deux familles vivent sous des tentes place Jacquard.
Pour l'instant, les deux familles vivent sous des tentes place Jacquard. © Radio France - ER

Saint-Étienne, France

Deux bénévoles d’un collectif d’aide aux migrants ont été placés en garde à vue dans la nuit de mardi à mercredi à Saint-Étienne. Accompagnés de quatre pères de familles roumains, ils essayaient d’ouvrir un bâtiment public vide de la rue Henri-Gonnard pour y loger deux familles qui vivent actuellement dans la rue, place Jacquard et place Jean-Jaurès, en plein centre-ville.

Plus d'autre solution estime le collectif

"Après de multiples démarches auprès des autorités", explique un communiqué du collectif « Agir ensemble », "nous avons pris la responsabilité de tenter d'ouvrir un bâtiment public pour mettre à l'abri les deux dernières familles restant à la rue à Saint-Étienne dont 9 enfants de 2 à 15 ans."

C’est au moment où ils tentaient de forcer l’entrée du bâtiment qu’une patrouille de police est passée, interpellant le groupe entier et le plaçant en garde à vue. Après 15 heures derrière les barreaux, les deux bénévoles sont ressortis avec une convocation devant un juge et les quatre pères de famille avec des OQTF, obligation de quitter le territoire français. "Un choc pour nous", explique Adeline Scanu-Combat à France Bleu Saint-Étienne Loire ce jeudi soir, "alors que nous voulions juste venir en aide à des citoyens que l'État laisse dormir dans la rue par des températures en dessous de zéro !"

Le collectif appellle à un rassemblement de soutien ce vendredi 3 novembre à 18h place du Peuple, à Saint-Étienne.