Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Accident de Millas

Au moins quatre collégiens morts dans la collision entre un train et un bus scolaire à Millas

jeudi 14 décembre 2017 à 16:55 - Mis à jour le jeudi 14 décembre 2017 à 22:04 Par Sébastien Berriot, Isabelle Lassalle et Anne Jocteur Monrozier, France Bleu Roussillon et France Bleu

Quatre élèves sont morts et plusieurs ont été grièvement blessés ce jeudi après-midi après une collision entre un bus scolaire et un TER sur la commune de Millas, près de Perpignan (Pyrénées-Orientales).

Les secours se rendent sur les lieux de l'accident de Millas
Les secours se rendent sur les lieux de l'accident de Millas © Maxppp -

Millas, France

Un bus scolaire et un train TER circulant entre Perpignan et Villefranche-de-Conflent sont entrés en collision ce jeudi après-midi sur la commune de Millas. 

L'essentiel

  • L'accident s'est produit à 16h10 au passage à niveau n°25, situé sur la commune de Millas, sur l'axe Perpignan - Villefranche-de-Conflent.
  • Un bilan provisoire fait état de 4 morts et 20 blessés, dont 11 en urgence absolue. La plupart des victimes sont des passagers du bus, des élèves du collège Christian Bourquin de Millas, âgés de 13 à 17 ans.
  • Le train, qui transportait une trentaine de personnes, n'a pas déraillé. Le bus scolaire a été coupé en deux.
  • Un numéro d'informations, le 04.68.51.67.67, a été mis en place pour les parents d'élèves. 
  • La SNCF a mis en place un numéro vert d'assistance psychologique : le 0800 120 821.
  • Le trafic ferroviaire est totalement interrompu entre Villefranche et Perpignan.

Le fil des événements 

21h24. Plusieurs engins de levage sont sur place pour "dégager le bus scolaire", indique notre journaliste. "Le bus est coupé en deux, avec un morceau d'un côté de la voie ferré et un morceau de l'autre", détaille Mathieu Ferri. L'évacuation des victimes est terminée.

21h10. Le Premier ministre Édouard Philippe a affirmé que deux enquêtes sont ouvertes sur le drame : "une enquête judiciaire qui permettra d'éclaircir les circonstances de ce drame, ainsi qu'une enquête administrative ouverte par le bureau enquête accident."

21h07. La SNCF met en place un numéro vert d'assistance psychologique, à destination des victimes, de leurs familles et de leurs proches. Il s'agit du 0800 120 821.

20h45. Très ému, le Premier ministre a indiqué que le processus d'identification des victimes avait commencé et qu'il était "extrêmement difficile". "Quatre décès ont été constatés", a indiqué Édouard Philippe, "11 personnes sont en urgence absolue" et 9 en "urgence relative", a-t-il précisé. 

Nous comprenons que (les familles) vivent un moment d'angoisse", a jouté le Premier ministre. Pour lui, l'urgence est à l'accompagnement des victimes et des familles traumatisées.

20h.  Édouard Philippe est arrivé à Millas, accueilli par la ministre des Transports Elisabeth Borne.

19h55. La présidente de la région Occitanie, Carole Delga, est attendue sur place. "A l'heure où je vous parle, il semblerait qu'il n'y ait pas eu de problème mécanique sur ce passage à niveau", a t-elle déclaré sur franceinfo.

19h50. Selon le dernier bilan du ministère de l'Intérieur, sept passagers du car se trouvent en "urgence absolue" et neuf autres en "urgence relative". Trois autres personnes sont en "urgence relative" dans le TER.

19h40. Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer indique dans un communiqué, la mise en place d'une cellule d'écoute psychologique dans le collège de Millas.

19h32. Quelque 90 pompiers interviennent sur les lieux de l'accident, ainsi que 15 unités de gendarmerie, 10 véhicules de secours aux personnes sont mobilisés, ainsi que deux hélicoptères de la sécurité civile et deux hélicoptères du Samu. Un poste médical avancé a été mis en place.

19h20. Le maire de Perpignan et président de la communauté urbaine Jean-Marc Pujol s'est rendu immédiatement auprès des familles, à la halle des sports de Millas, et sur les lieux de l'accident. "Le spectacle est celui d'une catastrophe. Les familles sont catastrophées. Vous imaginez le gymnase, l'angoisse, pour ne pas dire le désespoir, indique t-il sur France Bleu Roussillon. 

"J'étais dans la salle, au milieu des familles, dans l'inquiétude absolue. Il est nécessaire que, rapidement, des soutiens psychologiques puissent intervenir. On se sent totalement désarmés".

19h09. Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer sera à Millas ce vendredi matin, "pour apporter son soutien aux élèves, aux familles, aux professeurs et à l'ensemble de la communauté éducative".

18h54. Le train circulait à 80 km/h, une vitesse normale, selon la SNCF qui précise que le passage à niveau ne faisait pas partie des équipements "à problèmes".

18h48. "Nous sommes face à un événement grave, très grave", indique Philippe Vignes, le préfet des Pyrénées-Orientales, qui a déclenché le plan rouge "NOVI" (nombreuses victimes"). 

"Parmi les blessés, 21 sont des collégiens et trois sont des personnes qui se trouvaient dans le TER", a-t-il précisé. Il a par ailleurs invité les parents des élèves présents dans le bus "à se rendre si nécessaire vers le collège où ils seront accueillis et informés".

18h45. Le maire de Saint-Féliu-d'Amont, la commune à proximité du lieu de l'accident, s'est rendu sur place. "Je suis encore bouleversé par ce que j'ai vu. C'est très très grave", témoigne Robert Olive. 

L'accident s'est produit "au croisement de la voie ferrée, sur un passage à niveau très dégagé. Je ne sais pas ce qui s'est passé, mais le car a vraiment été coupé en deux par le train qui passait". Robert Olive évoque une "vision d'horreur" en voyant le "car complètement explosé".

18h41. Les images de Mathieu Ferri, notre reporter, en direct depuis le lieu de l'accident.

18h38. La ministre des Transports Elisabeth Borne est arrivée sur place peu après 18h.

18h26. Une soixantaine de pompiers sont mobilisés ainsi que plusieurs véhicules de secours aux personnes.

18h19. "C'est avec une immense tristesse que nous apprenons l'accident de bus scolaire de Millas. Mobilisation de tous les services de l'État", déclare Jean-Michel Blanquer.

18h15. Emmanuel Macron a assuré que "la mobilisation de l’État est totale pour leur porter secours."

18h10. Le Premier ministre Édouard Philippe est attendu sur place. L'enquête est confiée à la section de recherche de Montpellier.

18h02. La collision s'est produite sur un passage à niveau, au lieu dit Los Palaus. Le bus a été percuté à l'arrière par le train. Le véhicule se serait engagé sur le passage alors que les barrières étaient baissées. Le bus a été coupé en deux suite à la collision et la carrosserie déchiquetée.

Il transportait des enfants entre le collège de Millas et les communes de Saint-Féliu-d'Amont et Saint-Féliu-d'Avall.

17h30. La ministre des Transports Elisabeth Borne, le PDG de la SNCF Guillaume Pépy et le PDG de SNCF Réseau Patrick Jeantet sont attendus sur place.

17h23. La SNCF a réagi sur son compte Twitter et adresse aux victimes et à leurs familles un sincère message de soutien.

16h55 - Les secours se rendent sur les lieux de l'accident, à Millas. Un premier bilan fait état de deux morts et sept blessés graves.

  - Aucun(e)
-