Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Des cadres de LFI, dont Jean-Luc Mélenchon, visés par une enquête préliminaire pour abus de confiance

-
Par , France Bleu

Des dirigeants de La France insoumise, dont Jean-Luc Mélenchon, sont visés par une enquête préliminaire pour abus de confiance. Le parquet de Paris a confirmé ce mardi une information du Canard enchaîné. Le patron du parti dénonce "une instrumentalisation de la justice".

Jean-Luc Mélenchon et des dirigeants de La France insoumise sont visés par une enquête préliminaire.
Jean-Luc Mélenchon et des dirigeants de La France insoumise sont visés par une enquête préliminaire. © Maxppp - MARQUET Frédéric

Selon le parquet de Paris interrogé par l'AFP, une enquête préliminaire a été ouverte le 14 mai dernier pour abus de confiance à l'encontre de "plusieurs dirigeants de l'association La France insoumise". Il a ainsi confirmé une information publiée sur Twitter par le Canard enchaîné.

Une enquête confiée à la brigade financière

Confiée à la Brigade financière, cette enquête aurait pour objectif de vérifier les "conditions dans lesquelles les dirigeants de LFI, dont Jean-Luc Mélenchon, se sont acquittés des amendes et des dommages et intérêts auxquels ils ont été condamnés" en décembre 2019. A l'époque, le dirigeant de La France insoumise avait écopé de trois mois de prison avec sursis et 8.000 euros d’amende dans l'affaire de la perquisition houleuse au siège de LFI l'année précédente.

Le député Bastien Lachaud, l'eurodéputé Manuel Bompard, le président de l'association "L'Ere du peuple" Bernard Pignerol et Muriel Rozenfeld, l'attachée de presse du mouvement, avaient eux été condamnés à des amendes entre 2.000 et 7.000 euros.

Une "instrumentation de la justice" selon Jean-Luc Mélenchon

Le patron de la France insoumise a dénoncé "une nouvelle instrumentalisation de la justice". Selon lui, "aucune des personnes concernées n’a été contactée préalablement". Il indique dans un communiqué que les "dommages et intérêts relèvent du civil" et que le parti "a fait le choix de régler ces dommages et intérêts liés à une perquisition dans ses locaux".

"Nous sommes estomaqués de découvrir que, non content d’avoir exigé des sommes exorbitantes, les parties civiles poursuivent leur harcèlement en saisissant à nouveau la justice plutôt que d’accepter un règlement pourtant légal, s'agace le député. Nous dénonçons cette nouvelle instrumentalisation de la justice qui semble être motivée pour alimenter des articles visant à nous intimider et à véhiculer des rumeurs infamantes."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu