Faits divers – Justice

Des circonstances "tragiquement simples" pour expliquer l'accident de Berneuil-en-Bray (Oise)

Par François Sauvestre, France Bleu Picardie dimanche 25 décembre 2016 à 10:06

L'accident s'est produit vendredi soir sur la route départementale 2
L'accident s'est produit vendredi soir sur la route départementale 2 © Maxppp - Maxppp

Le procureur adjoint de Beauvais a livré hier les premiers détails de l'enquête sur l'accident de la route qui a coûté la vie à trois gendarmes en service. Vendredi soir, sur la route départementale deux près de Berneuil-en-Bray une camionnette a heurté le véhicule de ces jeunes militaires de Méru.

Les circonstances de cet accident routier sont "tragiquement simples". En conférence de presse samedi, le procureur adjoint de Beauvais a précisé les premiers détails de l'enquête sur la dramatique collision entre un véhicule de gendarmes et une camionnette, vendredi soir sur la route départementale deux près de Berneuil-en-Bray, au sud de Beauvais dans l'Oise. Trois jeunes gendarmes de 18, 25 et 26 ans sont décédés. Ils appartenaient à la compagnie de Méru

Chaussée glissante

Les premiers éléments de cette enquête orientent vers un accident causé par de mauvaises conditions météo, une route sinueuse et glissante et l'asphalte endommagée par les nombreux passages d'engins agricoles. Au volant, le conducteur a perdu le contrôle et le véhicule s'est mis en travers de la route et la camionnette n'a pas pu l'éviter.

A bord de cette camionnette qui a donc percuté le véhicule des militaires, trois personnes âgées de 15 à 31 ans, elles sont gravement blessées, soignées au CHU d'Amiens mais leurs jours ne sont pas en danger. Leurs analyses toxicologiques et d'alcoolémie "sont négatives", précise le procureur adjoint Luc Pèlerin. Des analyses du même genre sont encore en cours sur les corps des trois victimes. Reste donc à déterminer des responsabilités, si il y en a. La vitesse des deux véhicules avant et au moment du choc est pour l'instant inconnue

Vive émotion chez les gendarmes

Au sein de la compagnie de Méru, ou ces trois gendarmes étaient en poste, l'émotion est vive. Une cellule psychologique a été mise en place. "Une cérémonie d'hommage sera organisée dans les prochains jours", précise l'adjoint au commandant du groupement de gendarmerie de l'Oise Robert Cleche.

Robert Cleche, adjoint au commandant du groupement de gendarmerie de l'Oise