Infos

Des condamnés au service de la Ville de Châteauroux

Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry lundi 10 octobre 2016 à 18:30

Les condamnés pourront désormais travailler aussi dans l'administration de la collectivité.
Les condamnés pourront désormais travailler aussi dans l'administration de la collectivité. © Radio France

La ville de Châteauroux a signé ce lundi une convention avec le SPIP (Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation) de l'Indre lui permettant d'accueillir des condamnés à des travaux d'intérêt général dans ses services administratifs.

Des condamnés effectuant une peine d'intérêt général pour la ville ou l'agglomération de Châteauroux, cela existe depuis le début des années 2000. Mais jusqu'à présent les condamnés étaient affectés aux services techniques, par exemple le service Fêtes ou Propreté sur des tâches de manutention ne nécessitant aucune qualification particulière. Désormais, l'administration leur sera également ouverte. "Cela permettra en fonction des profils des condamnés de leur faire faire du secrétariat, du classement ou de l'archivage", précise le maire Gil Avérous.

Moins de récidive

Si le dispositif est étendu, c'est qu'il a prouvé son efficacité, aux dires de l'ensemble des acteurs du monde judiciaire. Frédérique Delpy, substitut du procureur, explique que les peines d'intérêt général n'ont que des effets positifs : "Si on donne un but et une utilité à la peine, c'est prouvé qu'il y a moins de récidive". Le directeur départemental du SPIP (Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation) Koman Sinayoko abonde en son sens : "Dès lors que les personnes acceptent des travaux d'intérêt général, elles acceptent la responsabilité de l'acte qui a été posé et en mesurent les conséquences".

Un bénéfice pour la collectivité

La collectivité en tire aussi bénéfice. De 2013 à 2015, la ville et Châteauroux Métropole ont vu passer une centaine de condamnés, qui ont effectué plus de 9.000 heures de travail à titre gratuit. Les travaux d'intérêt général (TIG) sont proposés comme une peine alternative à la prison pour des délits tels que les incivilités, les dégradations et même dans certains cas les vols et les violences. Le condamné n'est pas obligé d'accepter. En cas de refus il purge à la place une peine de prison.

Partager sur :