Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Incendies en Charente : une situation "stable", toujours plus de 400 hectares brûlés

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Les pompiers charentais ont recensé 16 départs de feux jeudi après-midi dans le sud Charente. Ce vendredi en fin de journée, on compte 400 hectares brûlés. Trois colonnes de pompiers resteront toutefois sur place pendant la nuit.

Le Sud Charente en flammes
Le Sud Charente en flammes © Maxppp - PHOTOPQR/CHARENTE LIBRE/MAXPPP

Le sud-Charente s'est embrasé ce jeudi en début d'après-midi. Les secours ont recensé 16 foyers dans un délai assez court, notamment en bordure de routes départementales, formant rapidement deux grands incendies sur les communes de Nonac et Courgeac. La multiplication des foyers laisse planer peu de doutes sur des actes volontaires. Ce vendredi en fin de journée, la préfecture de Charente annonçait un situation "stable". Le dernier bilan faisait état de 400 hectares brûlés. 

L'essentiel : 

  • Plus de 400 hectares ont brûlé en Charente ce jeudi après 16 départs de feu
  • Le feu a été circonscrit à Courgeac et fixé à Nonac dans la nuit de jeudi à vendredi
  • 36 personnes ont été évacuées dans la nuit, elles ont pu rentrer chez elles dans la matinée de vendredi
  • Sept avions et deux hélicoptères ont été déployés en renfort jeudi avant la nuit, ils ne sont plus sollicités ce vendredi
  • La piste criminelle est privilégiée par les enquêteurs

Une évolution favorable

"La situation est encourageante" a affirmé la sous-préfète de Charente sur France Bleu La Rochelle ce vendredi matin. À la mi-journée, un communiqué de la préfecture de Charente a apporté de nouvelles informations rassurantes sur les incendies qui ont touché le Sud charentais depuis ce jeudi. Ils n’ont pas progressé pendant la nuit grâce notamment au travail des sapeurs-pompiers qui ont poursuivi leur travail sur les fumerolles. Ce travail de surveillance se poursuivra au moins jusqu'à ce vendredi soir. Les 36 personnes évacuées dans la soirée de jeudi ont pu rentrer chez elles ce vendredi matin.

À 21 heures jeudi, plus de 400 hectares de forêts et de champs avaient été détruits et 36 personnes avaient été évacuées sur les communes de Nonac et Courgeac. Une grange a été brûlée à Courgeac. Dans la nuit, les pompiers ont réussi à circonscrire le feu à Courgeac et à le fixer à Nonac. 

La préfète de la Charente, Martine Clavel, s'est rendue au PC installé au centre d’incendie et secours du Coteaux-du-Blanzacais, accompagnée du président du département, Philipe Bouty. En milieu de nuit, elle a annoncé que grâce à une "centaine de largages effectués par les appuis aériens" et à l'engagement des soldats du feu au sol, la situation semblait "favorable". 

Un PC a été installé au centre d’incendie et secours du Coteaux-du-Blanzacais. Les opérations sont coordonnées par Sarah George, sous-préfète et directrice de cabinet de la préfète de la Charente. "On reste prudent" a-t-elle indiqué ce vendredi matin. "La météo est favorable donc on est plutôt optimiste mais toujours en éveil."

Des renforts aériens pour les pompiers au sol

Après une reconnaissance aérienne, 250 sapeurs-pompiers charentais et extra-départementaux restaient mobilisés sur la zone afin de traiter les derniers points chauds ce vendredi. Les moyens aériens nationaux n’ont pas été sollicités dans ce deuxième jour de combat contre les flammes. Si les pompiers mobilisés ce vendredi sont moins nombreux, ils ont été près de 580 pompiers engagés contre l'incendie jeudi soir et dans la nuit de jeudi à vendredi. 

Des pompiers charentais renforcés par des collègues venus de plusieurs départements de France : des colonnes de pompiers venues de Gironde, de l'Allier, du centre de la France et même de Rhône-Alpes. D'importants moyens aériens – sept avions (quatre Canadairs, trois Dash) et deux hélicoptères – ont également été mobilisés pour renforcer les moyens au sol. Plus de 160 largages sur la zone en quelques heures. Frapper fort dès le début, c'était nécessaire ce jeudi où soufflaient d'importantes rafales de vent. Depuis ce vendredi matin, les conditions météo sont donc nettement plus favorables. 

Près de 600 pompiers ont été mobilisés pour cet incendie dans le Sud Charente
Près de 600 pompiers ont été mobilisés pour cet incendie dans le Sud Charente © Maxppp - PHOTOPQR/CHARENTE LIBRE/MAXPPP

La piste criminelle privilégiée par les enquêteurs

Les gendarmes sillonnent ce vendredi le périmètre à la recherche d'éléments susceptibles de leur permettre de retrouver le ou les personnes à l'origine de ces incendies. Un hélicoptère surveille toujours des comportements suspects à proximité des secteurs boisés. Les habitants sont en colère, redoutent de voir encore une fois des feux repartir ces prochains jours. Il faut dire que ce n'est pas la première fois. Les pompiers sont déjà intervenus sur une quinzaine d'autres départs de feux criminels cet été.

À part le grand malade qui allume, n'importe qui a peur 

Depuis le 12 juillet, 54 enquêtes ont été ouvertes. Le colonel Crémieux, de la gendarmerie de la Charente confirme qu'une bonne partie des feux est d'origine criminelle : "On sait qu’on a plusieurs dizaines de feux volontaires avec une action humaine certaine. Compte tenu de l’importance du phénomène, de la fréquence, de l’intensité, on part sur l’hypothèse de plusieurs auteurs, même s’il y a peut-être un auteur qui a fait beaucoup de choses seul. "

Isabelle, restauratrice à Saint-Martial, a publié sur Facebook plusieurs photos et vidéos des flammes aux portes de son village. Jointe par France Bleu La Rochelle, elle confie sa peur, mais aussi son incompréhension et sa colère. "On s'inquiète tout de suite, il y a des gens qui habitent, des animaux, c'est détruire la nature."

Isabelle restauratrice à Saint-Martial en Charente

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Circulation perturbée

Les accès de la D24 sont coupées au niveau de l’intersection de la D24 et la D141. La D21 est coupée, à l’intersection de la D21 et la D7. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess