Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Des dirigeants de l'usine Sotramo Parola en garde à vue pour une pollution de nappe phréatique à Pertuis

-
Par , France Bleu Vaucluse

Deux dirigeants et le contremaître de l'usine de traitement de matières organiques située dans la zone d'activité de Pertuis ont été placés en garde à vue jeudi 11 juin. Ils sont soupçonnés d'être à l'origine de la pollution constatée depuis 2016 dans la nappe phréatique de la commune.

Gendarmerie - Image d'illustration
Gendarmerie - Image d'illustration © Radio France

Deux dirigeants et le contremaître de l'usine de traitement de matières organiques Sotramo Parola, installée dans la zone d'activité (ZAC) de Pertuis, ont été placés en garde à vue dans la matinée du jeudi 11 juin. Ces derniers "ont dû s'expliquer sur les causes d'une importante pollution constatée depuis 2016 et qui serait en relation avec leur activité", indique la gendarmerie.

Des taux de Perchloréthylène jusqu'à 50 fois supérieur à la dose admissible

Il y a quatre ans, les services de l'Agence régionale de santé ont commencé à repérer des taux de Perchloréthylène anormalement élevés dans la nappe phréatique qui alimente la laiterie de Pertuis, "jusqu'à 50 fois supérieurs à la dose admissible", précisent les gendarmes. Ce solvant, dont l'utilisation est interdite depuis 1989, est un dégraissant qui était utilisé dans les pressing et justement, les usines de traitement de matière organique. 

L'exploitation agricole à proximité et les habitations voisines de la ZAC n'ont plus accès aux eaux de forage depuis cette découverte. Par ailleurs, elles ne sont pas non plus approvisionnées par le réseau d'eau potable public. Le coût de cette dépollution est estimé entre 15 et 20 millions d'euros.

Les mis en cause ont été libérés de garde à vue dans la soirée du jeudi 11 juin, les investigations se poursuivent.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu