Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des éleveurs anti-ours manifestent devant la gendarmerie de Pamiers en Ariège

vendredi 5 octobre 2018 à 17:06 Par Théo Caubel, France Bleu Occitanie

Une vingtaine d'éleveurs anti-ours ont manifesté vendredi matin devant la gendarmerie de Pamiers en Ariège. Ils protestaient contre la garde à vue de deux de leurs collègues.

Une vingtaine d'éleveurs ont bloqué l'entrée de la gendarmerie au petit matin.
Une vingtaine d'éleveurs ont bloqué l'entrée de la gendarmerie au petit matin. - Google Street view

Pamiers, France

Vendredi matin, aux alentours de 7h, la gendarmerie de Pamiers a été bloquée par une vingtaine d'éleveurs. Ils se sont fait entendre à coups de pétards et de cloches.

La manifestation était organisée par l'ASPAP, Association pour la sauvegarde du patrimoine d'Ariège-Pyrénées, qui s'oppose à la réintroduction de l'ours. Ses membres protestaient contre la garde à vue de deux des leurs qu'ils jugent "totalement disproportionnée".

Les deux hommes entendus par les gendarmes sont accusés d'"outrages et de menaces". En juin lors de l'estive de Saleix en Ariège, ils auraient pris à partie deux agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage alors qu'ils venaient faire des expertises après une attaque de troupeau. 

"Je ne suis pas un grand criminel" a déclaré l'un des deux hommes à la sortie de sa garde à vue.

Cette affaire s'inscrit après la réintroduction, jeudi et vendredi, de deux ourses en Pyrénées-Atlantiques.  Les manifestants ont vu dans ce nouveau lâcher une "provocation". Ils  affirment que les bêtes ont été réintroduites "sur un massif qui a particulièrement souffert des prédations, 200 brebis cet été !".