Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des éleveurs sarthois furieux contre une promotion sur le lait bio

jeudi 4 octobre 2018 à 19:18 Par Alexandre Chassignon, France Bleu Maine

Des éleveurs ont vérifié la provenance de lots de lait bio en promotion au Carrefour Centre Sud du Mans, ce jeudi. Le distributeur vend ce lait bio français moins cher que plusieurs laits conventionnels. Les agriculteurs craignent que cela déséquilibre la filière.

Les agriculteurs ont ré-étiqueté les packs de lait en promotion
Les agriculteurs ont ré-étiqueté les packs de lait en promotion © Radio France - AC

Sarthe, France

La FDSEA et les JA 72 jugent cette opération "choquante".  Carrefour propose en ce moment une promotion sur le lait bio à 87 centimes le litre, sous sa marque distributeur. C'est moins, par exemple, que les 99 centimes de la brique de lait "c'est qui le patron", un lait conventionnel qui rémunère correctement tous les acteurs de la chaîne, alors que le lait bio coûte environ 15 centimes de plus à produire.

Plusieurs éleveurs ont demandé des explications au directeur du Carrefour Centre Sud du Mans, ce jeudi après-midi. "On prend sur notre marge pour populariser le produit, précise Alain Colombat, le directeur de l'hypermarché. _C'est une campagne sur le bio accessible pour tous_, pour que les gens goûtent et évoluent sur la consommation".

Soutenir l'offre (les producteurs) ou la demande ?

Les éleveurs présents voient surtout cette initiative comme une menace. "Il ne faut pas entrer dans une spirale de prix à la baisse, martèle Olivier Lebert, éleveur laitier en bio au Vilaine-sous-Lucé. On doit plutôt encourager d'autres producteurs à se convertir au bio car le marché est demandeur".

La promotion lancée début septembre va durer 17 semaines, durée correspondant à la disponibilité obligatoire pour une opération qui fait l'objet d'une publicité télévisée, comme c'est le cas ici.