Faits divers – Justice

Des étudiantes agressées dans le quartier des Deux-Lions à Tours

France Bleu Touraine mercredi 25 février 2015 à 17:15

La fac de droit, économie et sciences sociales aux Deux-Lions à Tours
La fac de droit, économie et sciences sociales aux Deux-Lions à Tours © Radio France - Photo Alexandre Chassignon - Radio France

Plusieurs femmes ont été agressées ces derniers mois aux abords du site de l'université de Tours dans le quartier des Deux-Lions. En plus de l'appel à la police suite aux plaintes déposées, l'établissement a provisoirement recours à une société privée pour des rondes.

Le quartier des Deux Lions à Tours est dans la tourmente. Depuis le début du mois de février, plusieurs agressions ont été signalées. Au moins quatre plaintes ont été déposées par des étudiantes de la faculté des Deux-Lions. L'université a immédiatement fait appel à une société privée de sécurité. Un maître-chien et un garde patrouillent tous les soirs entre 18 et 20 heures. Des consignes ont aussi été donnés aux étudiants.

La police confirme plusieurs plaintes

Les premières agressions remontent à la fin de l'année dernière. Toutes ont lieu près de la faculté des Deux-Lions, notamment sur le parking. Les victimes sont toutes des femmes . Pas seulement des étudiantes. Elles ont été agressées par une ou plusieurs personnes. Il s'agirait d'un seul et même groupe . Les voleurs repartent toujours avec les effets personnels : portable, ordinateur, sacs à main. Certaines victimes auraient été frappées. L'une des victimes a eu une cheville brisée.

Une société de surveillance

La police a mis en place des patrouilles. Alertée, l'université de Tours a de son côté, et à ses frais, fait appel à une agence privée de sécurité. Un garde et un maître-chien effectuent des rondes en début de soirée. Le dispositif a dans un premier temps été levé. Mais le jour même, une nouvelle étudiante a été agressée, obligeant l'université à remettre en place cette surveillance. Mais la direction prévient déjà : elle ne pourra pas assumer ces frais de surveillance du quartier beaucoup plus longtemps.

"Une amie se fait systématiquement racompagner", "Je n'ose plus trop sortir"