Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange

Des gendarmes de l'Hérault ont-ils commis une bavure ?

-
Par , France Bleu Hérault

Une plainte pour violences par personnes dépositaires de l'autorité publique commises en réunion est sur le bureau du Procureur de la République de Montpellier. Un automobiliste a été arrêté pour un excès de vitesse qu'il conteste. Lors de son interpellation, il a été gravement blessé.

Un véhicule de la gendarmerie (photo d'illustration)
Un véhicule de la gendarmerie (photo d'illustration) © Radio France - Anthony Michel

Les gendarmes du peloton autoroutier de Poussan (Hérault) ont ils commis une bavure ? Dans la nuit du 21 au 22 mai dernier à Baillargues (Hérault) en bordure de l'autoroute A9, ils ont contrôlé un automobiliste soupçonné d'avoir commis un excès de vitesse.

Ce dernier, qui conteste toute infraction, s'est retrouvé à l'hôpital avec une fracture de la clavicule et un hématome cérébral qui a nécessité une opération en urgence. Son avocate vient de porter plainte auprès du procureur de la République de Montpellier pour violences par personnes dépositaires de l'autorité publique commises en réunion.

Les faits 

Il est 23h30, cet ancien militaire au casier judiciaire vierge, aujourd'hui aide soignant dans un Ephad de la métropole de Montpellier, s’arrête pour téléphoner à sa famille. Quatre gendarmes s'approchent de sa voiture. Ils pensent reconnaître le véhicule qu'ils ont vu rouler à vive allure sur l'autoroute, mais le conducteur dément catégoriquement. Il prétend même ne pas avoir circulé sur cet axe.

Face à la détermination des gendarmes, qui, raconte-il "ont été jusqu'à crever son pneu avec une herse", il décide de filmer la scène avec son téléphone. Il reçoit alors un coup sur le bras, l'appareil tombe et c'est en voulant le ramasser qu'il se retrouve plaqué au sol et sera blessé à l'épaule et à la tête. 

"C'est quand l'automobiliste a sorti son téléphone pour tout filmer que la situation a dégénéré".

Malaise en garde à vue 

Les gendarmes ne mesurent pas tout de suite la gravité des blessures. C'est lors de sa garde à vue, après un malaise, que l'automobiliste sera conduit a l’hôpital. Bilan : clavicule cassée et hématome  crânien opéré en urgence avec pose de 60 points de suture. Aujourd'hui, cet homme de 35 ans est toujours sous le choc. 

"Les gendarmes parlent de rébellion".

Les gendarmes font peu de commentaires, ils attendent les conclusions de l'enquête en cours précisant simplement "avoir eu face à eux un automobiliste qui se révoltait". "Si des fautes ont été commises elles seront sanctionnées" insiste la gendarmerie.

L'avocate de l'automobiliste blessé, Maître Valérie Soulié est l'invitée de France Bleu Hérault ce jeudi à 7h45.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess