Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des gilets jaunes bretons seront jugés pour des tags et des dégradations

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Plusieurs Gilets jaunes ont été interpellés, pour affichage sauvage et dégradations, suite à des tags. Les principaux suspects seront jugés en début d'année prochaine.

Plusieurs Gilets jaunes ont reconnu les faits
Plusieurs Gilets jaunes ont reconnu les faits © Radio France - Benjamin Illy

Quimperlé, France

Les faits se sont produits entre le 30 avril et le 20 mai, sur les communes de Quimperlé, Mellac, Arzano, Locunolé et Tréméven. Des villes "touchées par une série d’affichages sauvages et d’importantes dégradations par inscriptions de peinture dont les slogans sont relatifs au mouvement dit des « Gilets jaunes » dont les préjudices s’élèvent à plusieurs milliers d’euros pour les municipalités et certaines victimes", expliquent les gendarmes dans un communiqué.

Entre 3 et 5 personnes selon les jours

Des plaintes ont été déposées et les militaires précisent : "Les auteurs, entre 3 et 5 selon les jours et les faits - dont l’auteur principal est un gilet jaune notoire de Quimperlé blessé le 19 janvier dernier à Rennes - ont reconnu leur implication à des degrés divers pour plus d’une trentaine de faits lors de leurs mesures de gardes à vue ou d’auditions."  

Trois suspects sont convoqués devant le tribunal correctionnel de Quimper en février l'année prochaine, et les deux autres sont convoqués par le procureur au mois d'octobre.