Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des grilles de trois mètres de haut pour sécuriser l'école Georges-Bruguier à Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Les travaux de sécurisation ont débuté ce lundi matin. Les nouvelles grilles sont installées pour tenter d'empêcher les intrusions à répétition qui font planer un sentiment d'insécurité permanent au sein de l'établissement.

L'installation des nouvelles grilles a débuté ce lundi matin
L'installation des nouvelles grilles a débuté ce lundi matin © Radio France - Hervé Sallafranque

Les travaux de sécurisation de l'école Georges-Bruguier à Nîmes ont débuté ce lundi matin. L'école, située au cœur du quartier sensible du Chemin-Bas d'Avignon, est régulièrement le théâtre d'intrusions, parfois même de coups de feu, à proximité immédiate de l'établissement. Le secteur autour de l'école est littéralement annexé par les trafiquants de drogue et le sentiment d'insécurité y est permanent. La mairie de Nîmes a donc décidé de rehausser les grilles de l'enceinte qui, après les travaux, atteindront trois mètres de hauteur.

Un nouveau dispositif mis en place pour essayer d'éviter des scènes surréalistes comme celle survenue le 4 décembre dernier quand trois individus encagoulés et armés avaient traversé la cour de l'école pour échapper aux policiers.

Les nouvelles grilles ne résoudront pas tous les problèmes, mais c'est un début estime Wilfried venu chercher ses filles : "C'est une bonne chose pour la sécurité des enfants, c'est un premier pas. Maintenant on verra par la suite ce que donneront ces travaux". 

Trois semaines de travaux

Sarah, maman de quatre enfants, scolarisés là, attendait ces travaux avec impatience : "Il était temps que ça commence. On avait demandé la délocalisation de l'école, mais apparemment cela coûte cher. Alors ces grilles c'est déjà pas mal, c'est un minimum".

Comme de nombreux parents d'élèves, Sarah tremble souvent en pensant à ses enfants : "Je me pose 1.000 fois la question de savoir s'ils sont en sécurité. Le jour de l'intrusion du 4 décembre, mes enfants étaient à la cantine. Je ne vous dis pas la peur que j'ai eue et eux aussi. Même aujourd'hui, ils n'arrêtent pas d'en parler". 

Les travaux vont coûter 40.000 euros. Ils doivent durer trois semaines.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess