Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des gros tirs de pétards sèment la panique gare Lille Flandres

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

En milieu de matinée, des rafales d'explosions ont retenti gare Lille Flandres, provoquant un gros mouvement de foule samedi 8 juin. Les voyageurs ont cru à une attaque terroriste, il s'agissait en fait de tirs de pétards, déclenchés pour fêter le départ à la retraite d'un cheminot.

Les militaires de l'opération Sentinelle n'étaient visiblement pas au courant de cet événement.
Les militaires de l'opération Sentinelle n'étaient visiblement pas au courant de cet événement. © Radio France - Eric Turpin

Des gens qui se précipitent en courant vers la sortie de la gare Lille Flandres, en criant. C'est la scène qui s'est déroulée en milieu de matinée, samedi 8 juin. Les voyageurs ont cru à une attaque terroriste en entendant des rafales d'explosions résonner sous les voûtes en verre. Il s'agissait au final de tirs de pétards pour fêter le départ à la retraite d'un cheminot. 

Philippe Reltien, journaliste à Radio France, descendait de son TGV quand "une série d'explosions très très rapprochées" ont retenti. "Les gens paniquaient, des dizaines et des dizaines de gens qui fonçaient vers l'extérieur, personne ne donnait d'information". Il y a pourtant eu une annonce pour rassurer les voyageurs, mais elle a été recouverte par le fracas des pétards. 

Charlotte prenait le train pour Paris avec ses deux enfants de 8 et 10 ans. Elle a vu le TGV arriver en gare, qui klaxonnait en continu. Les pétards ont commencé à exploser, leur fumée a entouré la locomotive. "On a cru que c'était un attentat!" Ne voyant pas les pompiers ou la police, elle a calmé sa panique. "Mais on s'en serait bien passé".

Le mouvement de foule, pour fuir vers les sorties de la gare, n'a pas fait de blessé, mais certaines personnes disent être en état de choc sur le réseau social Twitter.

Une célébration "interdite dans un contexte Vigipirate"

"Et vous aviez là les militaires de l'opération Sentinelle, qui cherchaient l'origine du son", sans parvenir à l'identifier, continue Philippe Reltien. Ni eux ni les forces de police ne semblaient avoir été mis au courant.

Une coutume des cheminots

Tirer des pétards est pourtant une coutume lors d'un départ à la retraite explique Julien Paillez, secrétaire régional de la CGFT Cheminot. Mais d’ordinaire, une annonce en gare évite ce genre de soucis. "Apparemment un TGV serait arrivé en même temps que l'annonce, et les gens n'ont pas entendu. Mais d'habitude, ça se passe très bien."  

La SNCF a jugé "regrettable" cette fête de départ, et rappelle que c'est "interdit dans le contexte Vigipirate. Un rappel très ferme sera fait un interne". Julien Paillez, lui, découvre cette interdiction. Une enquête va être menée en interne annonce la société ferroviaire.