Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des habitants de Privas vont défendre les terres agricoles devant le tribunal administratif

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Des habitants de Privas (Ardèche) font un recours devant le tribunal administratif contre le PLU, le Plan Local d'Urbanisme, voté fin mars en conseil municipal. Une prairie de 2,2 hectares devient terrain constructible pour une zone artisanale.

La prairie Cheynet, 2,2 ha, transformée en zone artisanale dans le nouveau PLU
La prairie Cheynet, 2,2 ha, transformée en zone artisanale dans le nouveau PLU © Radio France - Nathalie Rodrigues

Des habitants de Privas ne veulent pas perdre leurs terres agricoles, notamment une prairie située chemin de Saint-Clair, pas loin de la route de Chomérac et du siège du service incendie et secours de l'Ardèche. 

Sur cette zone, il y a déjà un mélange de résidences et d'entreprises. La mairie veut aménager un pré de 2,2 hectares qui lui appartient en zone artisanale. Au grand dam de Jeanne Voiry, membre de l'association Privas Qualité de vie, elle-même en cours d'installation comme maraîchère bio sur la commune : "cette prairie est occupée par une famille d'éleveurs depuis plusieurs générations pour faire paître les bovins. Ce qui m'agace, c'est qu'on transforme des terres agricoles en zones artisanales ou zones pavillonnaires, dans une ville où la population ne fait que diminuer et où on a déjà largement contribué à l'étalement urbain. Regardez la zone du Lac, déjà très étendue, avec de nombreux locaux à louer ou à vendre."

La mairie répond que des entreprises souhaitent s'installer mais qu'il ne reste plus de terrain suffisamment grand. Hervé Rouvier, élu adjoint à l'urbanisme, veut assurer le développement économique : "de nombreuses entreprises frappent à la porte de Privas pour s'installer. Ce sont des emplois, des apports de population pour faire mieux fonctionner les services publics. Cela ferait quand même mal au coeur de voir ces entreprises ne pas pouvoir s'installer à l'entrée de la ville préfecture et amener le plus qu'elles peuvent apporter pour l'ensemble de la population."

De nouveaux terrains agricoles pour compenser ?

La prairie Cheynet et ses 2,2 hectares est le seul terrain agricole transformé en zone artisanale dans le nouveau PLU assure la mairie. 

La municipalité souligne que le PLU a été validé avec accord de la chambre d'agriculture.  L'élu Hervé Rouvier explique que, par ailleurs, des terres ont été rendues aux agriculteurs :  "nous avons environ 20 ha pris sur la zone à urbaniser et rendus à l'agriculture, et 32 ha pris sur la zone naturelle et là aussi rendus aux agriculteurs. Aujourd'hui, on a près de 200 ha de terres agricoles, sur 1200 ha, qui est la surface totale de Privas."

Des terrains certes, mais pas de la qualité d'une prairie estime Jeanne Voiry : "il s'agit de terres naturelles situées sur des parties boisées, en pente. Elles ne sont pas accessibles, pas cultivables. C'est un peu mensonger de dire ça."

Réunis dans l'association "Privas Qualité de vie", des habitants ont donc décidé de saisir le tribunal administratif pour s'opposer au PLU. La Confédération Paysanne de l'Ardèche se joint à leur recours.

L'association demande par ailleurs à ce que des terres agricoles devenues "à urbaniser" dans le PLU 2013 soient reclassées "agricoles". Cela concerne les quartiers Chamaras et Lachamp Nord.