Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des interventions de police et de secours toujours très difficiles dans le quartier de la Devèze à Béziers

-
Par , France Bleu Hérault

Les policiers nationaux manifestent ce mercredi à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail au quotidien. Dans certains quartiers comme celui de la Devèze à Béziers, il n'est pas facile d'intervenir. Pompiers, policiers municipaux vivent la même galère.

Intervention de pompiers dans le quartier de la Devèze à  Béziers
Intervention de pompiers dans le quartier de la Devèze à Béziers © Radio France - PIERRE SALIBA

Béziers, France

Un habitant du quartier de la Devèze a Béziers a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel à neuf mois de prison ferme pour avoir agressé deux policiers nationaux lors d'un contrôle en fin de semaine dernière. En 2017, ce trentenaire avait déjà été condamné à six mois ferme pour avoir blessé quatre fonctionnaires de police. Cette fois il aurait essayé d’après les syndicats de rameuter les jeunes du quartier pour qu'ils viennent le délivrer. Les agents ont rapidement été encerclés avant l’arrivée des renforts. 

Cette agression n'est malheureusement pas la première dans ce quartier populaire en pleine restructuration. Et les policiers nationaux ne sont pas les seuls à rencontrer des difficultés au quotidien provoquant exaspération et colère du personnel dénonçant le manque de moyens et des sanctions pas toujours à la hauteur des délits.

"Intervenir dans le quartier de la Devèze, est plus compliqué qu'en centre ville, mais pas plus  que dans une autre cité" dixit Ghislain Marty, le trésorier d'Alliance Police dans l'Hérault. "Mais vous savez, quand vous arrêtez la même personne pour les mêmes délits en l'espace de quelques jours, c'est forcément agaçant. La prison n'est pas dissuasive. Et avant d'y aller, il faut en faire des délits".

Le quartier de la Devèze à Béziers est excentré. Les jeunes s’y sentent en sécurité, et les forces de l'ordre n'y sont pas les bienvenues.

"Les forces de l'ordre ne sont pas les seules attaquées dans le quartier de la Devèze à Béziers". Stéphane Navarro, représentant Unité SGP Police Force Ouvrière

Tout devient compliqué dès qu'il s'agit d'une interpellation nocturne. Il faut deux, voire, trois fois plus d’effectifs qu'ailleurs quand nous intervenons à la Devèze, précise Stéphane Navarro.

La ville de Béziers ne compte plus elle-aussi, les voitures de la police municipale caillassées au cours d'une intervention. Le budget réparation véhicules parle de lui-même. Plus de 124.000 euros ont été débloqués en l'espace de cinq ans, pour rénover des voitures endommagées après des caillassages, ou accidentés après une courte-poursuite. Cette autorité n'est pas reconnue par les jeunes du quartiers. Pourtant, les agents sont bien souvent les premiers à s'y rendre, faute de moyens du commissariat, explique un fonctionnaire de police souhaitant rester anonyme. 

On devrait pouvoir circuler partout sans se poser de questions. Ce n’est pas toujours le cas ici.

En mai dernier, les policiers municipaux sont tombés, eux aussi dans un véritable guet-apens. Un policier a été légèrement blessé à la tête par un projectile (voir ci-dessous). "Une situation d'une extrême violence" expliquait à l'époque à France Bleu Hérault , Fabrice Cantèle le directeur de la police Municipale. 30 à 40 jeunes les attendaient avec des pierres. 

15 policiers municipaux agressés en 2019.  Deux fois moins en 2015 (crachats, morsures, coups, insultes...)

Les effectifs ont beau avoir triplé depuis 2014 (de 34 à 101 policiers municipaux début 2019) les interventions sont toujours très sensibles la nuit. Signe ou pas de tensions et d'interventions risquées, le service de la police municipale enregistre pas moins de 370 jours d'arrêts dont 27 accidents du travail en 2018.  Nos agents ont été équipés et armés dit Robert Ménard.

Tous les jours et toutes les nuits, nous sommes dans les quartiers difficiles. Et forcément, dans ces endroits, cela dérange le trafic. Notre temps de présence, c'est autant d'argent perdu pour les trafiquants et les voyous. Dans ces conditions, la Police municipale est souvent attaquée et agressée, y compris physiquement. Mais nous continuons de tenir tête aux racailles. Les Biterrois nous le demandent.

Les interventions sont aussi compliquées pour les pompiers.

L’agression de vendredi dernier ne surprend plus les syndicats de policiers. Le ressenti n’est pas le même côté pompiers. "Nous ne sommes pas la police, nous confie discrètement un officier Bitérrois. Ça dépend quand et pourquoi nous nous y rendons. Encore la semaine dernière, nous avons été caillassés en fin de soirée alors que nous intervenions pour éteindre un incendie."

Nous n'allons pas dans le quartier tant que nous ne sommes pas escortés

Aujourd'hui, les secours n'interviennent plus la nuit dans certaines rues (comme celles d'Oran, Franco ou d'Alger), sans la présence de la police nationale. Le quartier de la Devéze est classée en Zone de Sécurité Prioritaire. Un protocole a été mis en place comme dans certains quartiers de Lunel et Montpellier. 

Ce plan départemental urbain a été signé avec la police, et la gendarmerie. A Béziers, pompiers et policiers ont pris pour habitude de se retrouver à un endroit tenu secret avant de se rendre sur les lieux d'une interventions. A chaque agression, une plainte est déposée. 39 plaintes l'an passé dans le département de l'Hérault pour agression envers un sapeur-pompier.

un gyrophare allumé, c'est forcément la police 

Certains jeunes ne font pas de différence. Un gyrophare qui fonctionne, visible de loin la nuit, c'est forcément pour eux une intervention de la  police. Ce qui pourrait expliquer les caillassages réguliers de véhicules des pompiers. Le Service Départemental d'Incendie et de Secours  a d'ailleurs trouvé la parade. 

Depuis deux ans, nous avons marqué Sapeurs pompiers de l'Hérault sur tous nos véhicules. Nous sommes mieux identifiés. Tout le monde ne connait pas l'abréviation de SDIS explique le commandant Jérôme Bonnafous. Autre mesure, les pare-brises sont tous aujourd'hui filmés pour éviter qu'ils n'éclatent en mille morceaux et blesse un pompier à l'intérieur. 

C'est tout aussi compliqué pour un médecin selon l'intervention conclut Stéphane Navaro, de SGP-police. 

C'est dans ce contexte qu'un rassemblement de policiers nationaux est prévu ce mercredi à Paris. Un appel à la grève unitaire de tous les syndicats, pour dénoncer ces violences, mais aussi les conditions de travail, la retraite, et des locaux insalubres. Plus de 20.000 personnes en provenance de la province sont attendus pour cette "marche de la colère" entre Bastille et la République.  Une centaine de fonctionnaires de l'Hérault  font le déplacement.

Le capot du véhicule de la PM plié sous l'impact d'un projectile dans le quartier de la Devèze à Béziers - Aucun(e)
Le capot du véhicule de la PM plié sous l'impact d'un projectile dans le quartier de la Devèze à Béziers - .
La vitre arrière d'une voiture de la police municipale explose après l'envoi d'une pierre à Béziers - Aucun(e)
La vitre arrière d'une voiture de la police municipale explose après l'envoi d'une pierre à Béziers - .
Un projectile explose la vitre d'une voiture de la police municipale de Béziers avant de blesser un agent avant l'été 2019 - Aucun(e)
Un projectile explose la vitre d'une voiture de la police municipale de Béziers avant de blesser un agent avant l'été 2019 - .
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu