Faits divers – Justice

Des lettres anonymes envoyées aux imams du Doubs

Par Faustine Mauerhan, France Bleu Besançon lundi 2 mars 2015 à 18:00

mosquée imam lettre anonyme

Dans le contexte actuel, à bientôt deux mois des attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher, la provocation inquiète beaucoup les représentants de la communauté musulmane dans le Doubs. Les imams de Besançon et Pontarlier ont reçu des lettres anonymes. Ils ont porté plainte et appellent leurs fidèles à la vigilance. La sûreté départementale de Besançon a ouvert une enquête pour diffamation.

Ce sont des enveloppes classiques, avec un simple cachet de la Poste, adressées à "Monsieur l’imam" . Elles sont arrivées le dernier jeudi de février dans les boîtes aux lettres de la mosquée Sunna du quartier Saint Claude de Besançon et celle de la mosquée Philippe Grenier à Pontarlier. A l’intérieur, un paragraphe de six lignes où le prophète Mahomet est qualifié de "grand malade mental"  qui aurait fantasmé le coran. Pas de menace directe donc, mais une provocation qui glace le sang des représentants de la communauté musulmane.

Aucun acte n’est anodin

A tel point qu’ils sont allés dans leur commissariat porter plainte ce lundi. "Il ne faut pas laisser passer ça , prévient Tahar Beladj, le président de la fédération régionale de la Grande Mosquée de Paris en Franche Comté. Aucun acte n’est anodin, s urtout après les événements du mois de janvier (NDLR : les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher). Nous sommes donc allés prévenir les autorités pour qu’une enquête soit menée."  Tahar Beladj est inquiet après ses lettres. "Qui sait ce qu’il peut se cacher derrière ce message ? "  Pour l’instant l’agressivité est verbale, mais Naceur Benyahia, le président de l'association de la mosquée de Pontarlier a préféré, lui aussi, prendre des mesures. Le lieu de culte sera désormais fermé en dehors des heures de prière. Et les fidèles sont invités à être vigilants* . "Je leur demande de ne pas se regrouper trop nombreux devant la mosquée par exemple, et d'ouvrir l’œil "* , explique le Pontissalien.

mosquée imam lettre anonyme

Une enquête est ouverte

Après ces dépôts de plainte, les hommes de la sûreté départementale de Besançon ont ouvert une enquête pour diffamation en raison de l'origine, de la religion ou de la race . Les lettres vont être analysées. En revanche, aucune mesure particulière n'est prise pour assurer la sécurité autour des lieux de culte. Les deux mosquées sont déjà surveillées dans le cadre du plan vigipirate en vigueur. Une surveillance discrète qui rassure les responsables. Car, en plus, ce n’est pas la première mise en garde reçue par les mosquées de Franche-Comté. En septembre 2014, un porcelet mort avait été déposé devant la porte de la mosquée de Pontarlier . Sans compter les nombreux tags sur les murs. A Besançon d’ailleurs, des caméras de vidéosurveillance ont même été installées autour de l’édifice. C’est peut-être pour ça, pense deviner Tahar Beladj, que la méthode a changé. "Avec les caméras, ils ne peuvent plus s’approcher des mosquées, alors maintenant, ils envoient des lettres anonymes pour déverser leur venin et cracher leur haine des autres. "