Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des maires sarthois confrontés aux incivilités et à la violence de certains de leurs concitoyens

-
Par , France Bleu Maine

La mort de Jean-Mathieu Michel, maire de Signes, dans le Var, ce lundi, provoque l'indignation d'élus sarthois. Il est décédé après avoir été renversé par une camionnette, alors qu'il intervenait sur un dépôt sauvage de déchets. Cet événement tragique fait réagir des maires sarthois.

Les maires doivent régulièrement intervenir suite aux incivilités de leurs concitoyens.
Les maires doivent régulièrement intervenir suite aux incivilités de leurs concitoyens. © Maxppp - Thomas JOUHANNAUD

Sarthe, France

Il ne fait pas toujours bon être à la tête d'une commune. C'est ce qu'affirment plusieurs élus sarthois, à la suite du décès de Jean-Mathieu Michel, maire de Signes, dans le Var, lundi 5 août. Beaucoup de communes du département vont suivre les consignes de l'Association des maires de France et mettre leurs drapeau en berne en hommage à l'édile varois, vendredi 9 août. 

"C'est symbolique", explique Pascal Dupuis, le maire divers droite du Grand-Lucé. "Un maire ne peut pas mourir sur la route, écrasé par des... j'allais dire des crapules." Le conducteur de la camionnette qui a renversé Jean-Mathieu Michel, un maçon de 23 ans, a été mis en examen pour "homicide involontaire".

Des interventions tendues auprès de la population

Pascal Dupuis connait le même type de situation que l'élu varois. Exemple frappant : la soirée du 14 juillet 2018 organisée au Grand-Lucé. A deux heures du matin, "des gens qui étaient ivres ont refusé que le comité des fêtes range les tables."

_"_Ça s'est terminé en bagarre générale."

Pourtant, le maire du Grand-Lucé s'est toujours senti en sécurité depuis le début de son premier mandat, en 2006. "J'interviens souvent, quel que soit le sujet, et le maire est toujours respecté et écouté." Même ressenti du côté du maire de Fercé-sur-Sarthe et président de l'association des maires ruraux de la Sarthe, Dominique Dhumeaux : "Le rôle de maire est quelque chose de très positif, mais c'est aussi une contrainte et une pression permanente."

"On est en permanence dans le rôle du père Fouettard."

Dominique Dhumeaux intervient plusieurs fois par semaine pour "des incivilités des plus jeunes, des tensions entre voisins, des dépôts sauvages dans la commune". Il assure que "c'est souvent réglé d'une manière apaisée".

"Il n'y a plus aucun respect des règles qui vont dans l'intérêt général"

C'est plus compliqué au Bailleul, selon le maire Eric David. "Le bureau du maire, c'est le bureau des doléances", raconte-t-il. S'il ne répond pas aux attentes des habitants de la commune, le ton peut vite monter.

"Il y a un manque de respect du maire et de la municipalité en général."

Quand il va à la rencontre de ses concitoyens pour leur faire remarquer leur mauvais comportement, Eric David se protège. Il ne part jamais seul. "J'ai toujours mon téléphone à portée de main", détaille-t-il. "J'ai juste à appuyer sur le bouton pour le 17." Pour lui, l'Etat a un rôle à jouer pour apaiser les tensions entre municipalité et citoyens. Il réclame plus de moyens financiers pour améliorer le quotidien des habitants de sa commune.