Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des médecins-experts condamnés à indemniser les parents de Louna qu'ils avaient accusés à tort de maltraitance

Soulagement pour les parents de Louna. Le tribunal civil de Nancy vient de condamner les deux médecins-experts, qui les avaient accusés de maltraitance, à leur verser des dommages et intérêts. Leur fille, qui souffre de la même maladie orpheline que sa mère, leur avait été retirée plus de trois ans.

Sabrina et Yoan Bombarde ont obtenu la condamnation des deux médecins-experts qui les accusaient de maltraitance sur leur fille Louna
Sabrina et Yoan Bombarde ont obtenu la condamnation des deux médecins-experts qui les accusaient de maltraitance sur leur fille Louna © Radio France - Véronique Pueyo

C'est une première victoire pour les parents de Louna qui se battent sur le plan judiciaire pour faire reconnaître l'injustice dont ils ont été victimes en 2012. Ils viennent d'obtenir la condamnation, au civil, par le tribunal de Nancy des deux médecins-experts qui avaient conclu que leur fille était victime de maltraitance.

Une maladie orpheline, dont les experts n'avaient pas tenu compte

En fait Louna souffre de la même maladie orpheline que sa mère, qui provoque des œdèmes et des plaques rouges sur le corps. Sabrina et Yoan, les parents de Louna, l'avaient tout de suite signalé quand ils étaient arrivés aux urgences du CHU de Nancy -la région où ils habitaient alors- car leur enfant avait du mal à respirer. Mais, on ne les avait pas écoutés et les médecins-experts n'avaient jamais testé la fillette.

Placée durant plus de trois ans en famille d'accueil

Louna avait donc été retirée à sa famille durant plus de trois longues années. "On a vécu un calvaire. On n'a pas vu grandir notre fille qui va aujourd'hui sur ses 10 ans. Cet argent ne nous rendra jamais ce temps perdu et tous les traumatismes qu'on a vécus mais au moins, on est reconnu comme victime." explique Sabrina, la maman de Louna

140.000 euros de dommages et intérêts

Les deux médecins-experts ont été condamnés à verser aux parents de Louna 100.000 euros au titre des dommages et intérêts, 30.000 à Louna et 10.000 à son petit frère.

Yoan, le père de Louna, espère que ce jugement fera jurisprudence. "On nous a arrêtés comme des délinquants, placés en garde à vue. On a essayé de nous faire avouer ce que l'on n'avait pas fait ! C'est terrible pour des parents d'être accusés de maltraiter leur enfant, alors que c'est faux ! J'espère que désormais les médecins seront plus prudents dans leurs rapports d'expertise et qu'ils seront mieux formés sur tout ce qui concerne les maladies orphelines comme l'angio-oedème héréditaire dont souffre Louna et sa maman."

Louna avait été rendue à ses parents car ces derniers avaient fait pratiquer un test sanguin, un jour où ils avaient été autorisés à la voir. Placée en famille d'accueil, la fillette continuait d'ailleurs de présenter les mêmes œdèmes, ce qui prouvait bien que ses parents n'en étaient pas à l'origine.

En attente d'un autre jugement, celui du tribunal administratif de Nancy

Les parents de Louna, qui vivent en Isère depuis plusieurs années, attendent également le jugement du tribunal administratif de Nancy concernant l’hôpital qu'ils ont attaqué pour les mêmes raisons.

Ecoutez le témoignage de Sabrina, la maman de Louna

Pour raconter leur histoire, les parents de Louna avaient écrit un livre, intitulé : "Jamais sans toi Louna" qui était devenu un téléfilm en 2019 sur TF1

Yoan, le père de Louna, espère que ce jugement fera jurisprudence

Choix de la station

À venir dansDanssecondess