Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des migrants agressés et menacés de mort : un Mayennais condamné à 5 mois de prison avec sursis

jeudi 2 novembre 2017 à 20:18 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

En juin dernier, à Ernée, cet homme de 31 ans avait frappé, insulté et menacé des migrants au centre d'accueil et d'orientation de la petite ville mayennaise.

Le Palais de Justice à Laval
Le Palais de Justice à Laval © Radio France

Ernée, France

Dans la nuit du 25 au 26 juin, cet homme, père de 3 enfants, ivre au moment des faits, hurle, vocifère dans le centre d'accueil et d'hébergement, un petit immeuble à l'entrée de la ville : "migrants de merde, rentrez chez vous" éructe-t-il. Il les menace de mort également. "J ai pété les plombs, je m'excuse" dit à la barre ce chauffeur-routier qui, ce jour-là, participe au baptême de son fils. Une fête familiale qui va déraper.

Il décide, dans la soirée, de rejoindre un ami, son frère l'accompagne. Sur le chemin du retour, les deux hommes reçoivent des projectiles. Ils pourchassent leurs assaillants et se retrouvent devant le centre d'accueil. L'Ernéen tambourine alors à toutes les portes, force l'entrée d'un appartement, donne des coups de poing à un Soudanais, menace un Afghan. Son frère tente de le maîtriser.

"Vous ne saviez pas où se trouvaient vos agresseurs, vous avez frappé sans raison" lance le président du tribunal. Le Procureur n'est, lui non plus, pas convaincu par les explications du prévenu : "c'est l'expression de la haine, l'ivresse cache ici de l'intolérance" martèle-t-il. L'avocat de la défense, pour sa part, explique que son client n'a pas réalisé une expédition punitive pour, dit-il, "casser de l'étranger". Il plaide la clémence. Le père de famille est finalement condamné à 5 mois de prison avec sursis.