Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Du gaz lacrymogène contre les migrants à Ouistreham ?

vendredi 24 novembre 2017 à 13:36 Par Nolwenn Le Jeune, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu

Des migrants soudanais présents à Ouistreham (Calvados) font état d'utilisation de gaz lacrymogène par les forces de l'ordre. La préfecture dément et indique que l'utilisation de ce gaz est réglementée. A ce jour aucune plainte n'a été déposée, mais le collectif d'aide aux migrants s'inquiète.

Les migrants, de jeunes Soudanais pour la plupart, sont une centaine à "séjourner" sur Ouistréham.
Les migrants, de jeunes Soudanais pour la plupart, sont une centaine à "séjourner" sur Ouistréham. © AFP - Charly Triballeau

Ouistreham, France

Les jeunes hommes soudanais présents en nombre à Ouistreham (Calvados) sont de plus en plus nombreux à en témoigner. Alors qu'ils veulent rester sur place, pour essayer d'embarquer clandestinement chaque soir sur le ferry, ils vivent dans une situation sanitaire catastrophique et racontent une pression policière constante. Notamment l'utilisation de gaz lacrymogène.

Les témoignages des migrants s'accumulent et se ressemblent

"La semaine dernière, les policiers sont venus, et ils nous ont pris tous nos sacs de couchage", raconte Youssouf. Cet adolescent soudanais est arrivé il y a 2 mois dans le port calvadosien. Ils sont une centaine à y "séjourner" actuellement, pour tenter coûte que coûte de grimper à bord des camions qui embarquent sur le ferry. Mais depuis quelques jours les témoignages s'accumulent et se ressemblent. Tous racontent une pression policière accrue. Notamment l'utilisation de gaz lacrymogène pour les déloger des lieux où ils dorment. "Certains nous ont mis du gaz dans les sacs de couchage", raconte Suarez. Les bénévoles du collectif d'aide aux migrants de Ouistreham s'inquiètent. "A un moment, il va falloir que ce soit dénoncé ouvertement, s'indigne Mélinda. Il y a peut-être une limite à ne pas franchir.."

La préfecture du Calvados dément formellement

Ces témoignages sont démentis formellement par la préfecture qui explique, dans un communiqué, que l'emploi du gaz lacrymogène par les forces de l'ordre est strictement encadré. "Chaque intervention fait l'objet d'un rapport circonstancié", indique le communiqué. "Aucune plainte n'a à ce jour été enregistrée dans le département pour des faits relatifs aux comportements de forces de l'ordre", poursuit la préfecture, qui souligne que leur travail est conduit avec "courtoisie et fermeté".

Le reportage de Nolwenn Le Jeune