Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Le GCO, grand contournement ouest de Strasbourg

Des militants anti-GCO délogés à Pfettisheim, treize gardes-à-vue

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu

Une trentaine d'opposants au GCO, ont été délogés par les gendarmes de Strasbourg ce samedi, vers 11 heures. Des zadistes avaient construit, pendant la nuit, une cabane en haut d'une butte de terre près du chantier de la future autoroute. Il y a eu 13 gardes-à-vue.

Treize zadistes ont été placés en garde à vue (photo d'illustration)
Treize zadistes ont été placés en garde à vue (photo d'illustration) © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Pfettisheim, France

Les gendarmes de Strasbourg ont délogé une trentaine de militants anti-GCO ce samedi matin. Une vingtaine de zadistes avait décidé de construire une cabane en haut d'une butte de terre près du chantier de la future autoroute, "un château fort" symbolique pour rappeler leur opposition à ce projet de contournement. Il y ont passé la nuit avant d'être délogés. Plusieurs opposants les ont rejoints le matin, près de 50 gendarmes ont été mobilisés

L'évacuation a eu lieu vers 11 heures du matin, selon la gendarmerie, plusieurs militants ont fait preuve de violences sur les gendarmes, certains avaient le visage masqué, ce qui constitue désormais un délit depuis l'adoption de la loi dite "anti-casseurs". Treize personnes ont donc été interpellées et placées en garde-à-vue. Du côté des manifestants, certains regrettent l'usage de gaz lacrymogène et l'absence de demande préalable d'évacuer la butte. 

Choix de la station

France Bleu