Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des milliers de directeurs d'écoles et d'enseignants manifestent à Bobigny en hommage à Christine Renon

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Des milliers d'enseignants et de directeurs d'école venus de toute l’Ile-de-France se sont rassemblés ce jeudi après-midi à Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour rendre hommage à Christine Renon, cette directrice d'école qui s'est suicidée il y a quelques jours sur son lieu de travail à Pantin.

Rassemblement des enseignants et directeurs d'école en hommage à Christine Renon à Bobigny le 03 octobre 2019.
Rassemblement des enseignants et directeurs d'école en hommage à Christine Renon à Bobigny le 03 octobre 2019. © Radio France - Hajera Mohammad

Bobigny, France

Dix jours après le suicide de Christine Renon, l'émotion est la colère restent vives chez ses collègues. La directrice de l'école maternelle Méhul à Pantin (Seine-Saint-Denis) a mis fin à ses jours dans son établissement en envoyant juste avant une trentaine de courriers dans lesquels elle accuse clairement l'Éducation nationale d'être à l'origine de sa souffrance au travail.

Directeurs, profs et parents réunis

Un rassemblement était organisé ce jeudi après-midi devant les services départementaux de l'Education nationale à Bobigny où se tenait un CHSCT (comité d'hygiène de sécurité et des conditions de travail). Plusieurs centaines (1 100 à 3 000 selon les sources) personnes étaient présentes : des collègues directeurs d'école mais aussi des enseignants, tous degrés confondus, des gardiennes d'écoles, des parents. Rose blanche à la main pour certains, d'autres portaient un t-shirt avec le nom de Christine Renon inscrit dessus. 

Enseignantes venus rendre hommage à Christine Renon, le 3 octobre à Bobigny  - Radio France
Enseignantes venus rendre hommage à Christine Renon, le 3 octobre à Bobigny © Radio France - Hajera Mohammad

"Ça fait chaud au cœur de voir tout le monde réuni", nous confie Myriam, professeure de français venu du Blanc-Mesnil avec plusieurs collègues. "Dans mon collège l'an dernier, trois collègues ont fait un burn-out... moi ça m'arrive de rentrer en pleurant sans pouvoir m'arrêter, je me dis que je ne suis pas loin de l'épuisement", avoue la jeune femme.  Alors oui, les mots de Christine Renon dans sa lettre, ceux rédigés quelques heures avant la mort et signée par une "directrice épuisée", lui parlent.

"On veut des actes"

David est directeur d'école, depuis quinze ans, en poste à Villepinte (Seine-Saint-Denis). Pour lui, il faut que les choses chosent pour de bon. "Moi je suis prêt à rester au même salaire mais je veux être soulagé de certaines tâches qui m'incombent et qui ne font pas partie de ma mission. Par exemple, m'occuper du standard téléphonique , décharger du camion les palettes de feuilles A4... ce n'est pas à moi de le faire !"

"Déboucher les éviers d'une école, ce n'est pas mon boulot - David, directeur d'école à Villepinte

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale s'est engagé à revoir le statut de directeur d'école avec la mise en place d'un "comité de suivi" de la profession. Mais dans la foule, les enseignants ont du mal à croire leur ministre : "Pour le moment, c'est que du bla-bla, on en assez des paroles, maintenant on veut des actes et des actes vrais qui ramèneront la paix à l'école", lance Clément, prof d'histoire-géo, venu de Goussainville (Val d'Oise). Tous promettent de continuer le combat pour eux, pour les élèves et pour honorer la mémoire de Christine Renon.

Banderoles des enseigants du Pré-Saint-Gervais lors du rassemblement à Bobigny le 3 octobre 2019 en hommage à Christine Renon - Radio France
Banderoles des enseigants du Pré-Saint-Gervais lors du rassemblement à Bobigny le 3 octobre 2019 en hommage à Christine Renon © Radio France - Hajera Mohammad

Une marche blanche samedi

Un appel à la grève avait également été lancé ce jeudi en Seine-Saint-Denis. D'après le rectorat de Créteil, 43,3% des enseignants du primaire l'ont suivi. Selon le syndicat SNUIPP, il y avait plus de 60% de grévistes dans le département. D'autres rassemblements étaient organisés dans plusieurs villes de France comme à Reims, Bayonne, Nice ou encore à Dijon. Une pétition en ligne contre la souffrance au travail dans l'enseignement avait recueilli près de 100 000 signatures ce jeudi soir. 

Une marche blanche en hommage à Christine Renon est prévue samedi matin à Pantin à partir de 11 heures au départ de la mairie jusqu'à l'école Méhul qu'elle dirigeait. 

"On veut des actes pour ramener la paix à l'école" - Clément, prof d'histoire-géo à Goussainville

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu