Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des perquisitions à la mosquée de Pessac ce lundi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

La police a procédé ce lundi matin à des perquisitions à la mosquée de Pessac, mais aussi au domicile du président de l'association qui gère le lieu de culte.

Des perquisitions ont été menées à la mosquée de Pessac (archives 2015).
Des perquisitions ont été menées à la mosquée de Pessac (archives 2015). © Radio France - Yassine Khelfa M'Sabah

Une perquisition a été menée ce lundi matin à la mosquée de Pessac, en Gironde, dans le quartier des échoppes, a annoncé sur Facebook le président de l'association qui gère la mosquée, Abdourahmane Ridouane. Des perquisitions qui ont également concerné son domicile, et sa voiture. 

Le message sur la page Facebook du Rassemblement des musulmans de Pessac.
Le message sur la page Facebook du Rassemblement des musulmans de Pessac. - Capture d'écran Facebook

Ces perquisitions, appelées "visites domiciliaires", puisque faites sur décision administrative et non pas judiciaire, se sont déroulées dans le calme, selon l'avocat de l'association, Samim Bolaky. "Cela s'inscrit dans le cadre des objectifs nationaux de demande de renseignement", a déclaré à l'Agence France Prese la préfecture de Gironde. Le Premier ministre Jean Castex avait expliqué vendredi que des contrôles étaient effectués auprès de responsables d'associations soupçonnés d'appartenir à la mouvance islamiste, après l'assassinat du professeur Samuel Paty. "123 visites domiciliaires ont été décidées et 56 ont d'ores et déjà été réalisées", avait alors déclaré le Premier ministre. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, avait lui dit vouloir "faire passer un message", via des opérations de police, juste après l'attentat de Conflans Saint-Honorine.

"Une volonté de communication" pour l’avocat de l'association 

Pour Samim Bolaky, ces perquisitions ne sont faites que dans "une volonté de communication. Au moment où l'on a pris la décision de visiter ces lieux, on savait pertinemment que l'on y trouverait rien". Si le bilan des perquisitions n'a été communiqué ni par la préfecture, ni par la police, l'avocat déplore aussi que l'on soit "dans une sombre page de l'histoire française. L'atteinte aux libertés publiques, et notamment vis-à-vis des musulmans n'a jamais été aussi prégnante qu'aujourd'hui". 

En février 2015, cette même mosquée de Pessac s'était retrouvée au centre d'une polémique, lorsque son imam, aujourd'hui licencié par l'association, avait été été accusé de prôner un islam rigoriste

Choix de la station

À venir dansDanssecondess