Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Braderie de Lille : les stands La République en marche rouvrent dimanche midi après l'agression de militants la veille

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Les stands La République en Marche ont rouvert à la braderie de Lille dimanche 1er septembre à midi. Ils étaient fermés depuis la veille au soir, après l'agression des militants En Marche. L'un d'eux a été légèrement blessé mais aucune plainte n'a été déposée.

Les stands de La République en Marche à la Braderie de Lille ont du fermer suite à l'agression. (PHOTO D'ILLUSTRATION)
Les stands de La République en Marche à la Braderie de Lille ont du fermer suite à l'agression. (PHOTO D'ILLUSTRATION) © Radio France - Emmanuel Bouin

Lille, France

Les stands de la République en Marche ont rouvert à la braderie de Lille dimanche 1er septembre a midi. Ils étaient fermés depuis la veille au soir, après que des personnes aient insulté, puis jeté des projectiles et de la bière sur les stands aux alentours de 18 heures. La scène s'est déroulée alors que la candidate En Marche à la mairie de Lille, Violette Spillebout, était sur place. Un militant LREM a été légèrement blessé.

Aucune plainte déposée

La police est arrivée rapidement explique la Préfecture du Nord, et a "dispersé les fauteurs de troubles". Il n'y a pas eu d'interpellations, et aucune plainte n'a été déposée.  

Les politiques de tous bords condamnent ces actes

La maire de Lille, Martine Aubry, a réagi sur Twitter.  "Les stands politiques doivent être respectés à la Braderie, comme tous les stands. Nous sommes dans une démocratie et en République. [...]C’est inacceptable et totalement contraire à l’esprit de notre ville", écrit-elle ce samedi.    "Nous prendrons toutes les dispositions demain, si En Marche le souhaite, pour que leur présence puisse être assurée dans les meilleures conditions", assure la maire de Lille. 

Les élus En Marche sont évidemment montés au créneau également, Violette Spillebout la première : "Indignée par les attaques gratuites et violentes qui ont écourté notre visite avec Stanislas Guerini sur les stands de La République en Marche Nord et des autres formations politiques Porte de Paris" tweete la candidate à la mairie de Lille.

Des agressions intolérables et des actes antidémocratiques

Charlotte Lecoq, députée du Nord, condamne des "agressions intolérables envers les militants et élus d’en marche", et "attend des sanctions fermes pour les auteurs de ces actes antidémocratiques." Autre députée Nordiste, Valérie Petit, adresse une "pensée solidaire pour les marcheurs agressés" et exprime sa "gratitude à l’endroit des forces de l’ordre"

La condamnation de ces faits est aussi venue de la France Insoumise. Le député lillois Adrien Quatennens estime "qu'il n'est pas acceptable que l'on s'en prenne aux personnes et aux biens, ni que le stand LREM [...] soit obligé de fermer pour éviter les violences". Et ce même si "l'action du gouvernement est détestable et la dispute politique est normale en démocratie". L'élu insoumis a annoncé samedi qu’il avait pris sa décision concernant les municipales de 2020 mais qu’il ne l’annoncerait que dans quelques jours.

Choix de la station

France Bleu