Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Des places d'hébergement pour les femmes victimes de violences conjugales dans les Bouches-du-Rhône

-
Par , France Bleu Provence

Une réunion importante se tient ce lundi pour l'association SOS Femmes 13, qui souhaite installer des conteneurs sur un terrain pour accueillir des femmes victimes de violence.

Violences conjugales (illustration)
Violences conjugales (illustration) © Maxppp -

Marseille, France

Le département des Bouches-du-Rhône est le deuxième en France au triste palmarès des violences conjugales. Pour pallier le manque de places d'hébergement pour les victimes, l'association SOS Femmes 13 espère obtenir le financement pour installer huit conteneurs, ce qui ouvrirait la porte à 21 places. 

La directrice de SOS Femmes 13 à Marseille, Valérie Secco, tient à rappeler que ces hébergement ne seraient que provisoires, le temps de trouver un logement plus pérenne. 

Ces conteneurs peuvent être une vraie issue pour ces femmes qui parfois demandent elles-mêmes à quitter leur domicile. On pourrait estimer que c'est aux hommes violents d'être écartés, éloignés et non aux femmes de subir le changement. 

"Une femme qui a vécu des violences dans une maison souhaite parfois quitter cette maison hantée, liée à de mauvais moments. Et dans ce cas, elle préfère changer de logement."

Une réunion se tient ce lundi pour valider le financement de ces huit conteneurs qui permettraient d'héberger les victimes avec leurs enfants pour trois à cinq ans. 

"Une fois logées, les femmes sont en sécurité et peuvent vivre plus sereinement."

La ministre de la justice Nicole Belloubet a reconnu dimanche que le système de protection ne fonctionnait pas bien. "Il y a des failles", selon la Garde des Sceaux. Le numéro d'urgence anonyme et gratuit contre les violences faîtes aux femmes est le 3919

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu