Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Geneviève Legay, la militante blessée à Nice

Des policiers azuréens déposent plainte pour menace de mort

jeudi 28 mars 2019 à 18:04 Par Laurent Vareille, France Bleu Azur et France Bleu

Les policiers sont en colère contre le déchaînement de violence dont ils sont victimes sur les réseaux sociaux. Une dizaine de plaintes ont été déposées. Le directeur départemental de la sécurité publique a saisi le procureur de la République.

Le dispositif policier déployé samedi dernier sur la place Garibaldi à Nice
Le dispositif policier déployé samedi dernier sur la place Garibaldi à Nice © Maxppp - Roland Macri

Nice, France

Une dizaine de policiers azuréens ont déposé plainte pour menace de mort, insultes et incitation à la violence dont certains sont victimes sur les réseaux sociaux. Une situation qui découle directement des incidents qui ont eu lieu entre forces de l'ordre et manifestants samedi dernier sur la Place Garibaldi à Nice. Une militante d'Attac 06, Geneviève Legay, avait été blessée. Elle est aujourd'hui encore hospitalisée et une enquête est toujours en cours pour déterminer les circonstances de sa blessure. 

Incitation à la violence sur les réseaux sociaux

Mais depuis les choses dégénèrent aussi sur les réseaux sociaux. Certains internautes ont en effet posté des messages incitant à la violence contre les policiers. Parfois des photos, des noms ont été publiés. Parfois la famille des policiers est visée. Parfois encore les incitations à la violence vont jusqu'à l'appel au meurtre. "C'est inacceptable, dénonce Célya Boumedien, du syndicat Unité SGP-Police/Force Ouvrière. Ces citoyens doivent comprendre qu'on ne peut pas dire ça sur internet. Les réseaux sociaux ne sont pas une zone d'impunité. Nous voulons que la justice les punisse très sévèrement".

"Nous ne laisseront rien passer !"

Une vision partagée par Jean-François Illy, le directeur départemental de la sécurité publique. Il a saisi le parquet. Une enquête de la Police Judiciaire a été ouverte. Le DDSP envisage également de porter plainte d'une manière ou d'une autre. "Soyons très clair, précise-t-il. Nous ne laisseront rien passer !"