Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Des policiers caillassés à Limoges

jeudi 31 janvier 2019 à 18:31 Par Nathalie Col, France Bleu Limousin

Une patrouille de police de Limoges a été visée par des jets de pierre, mardi dans le quartier de Beaubreuil. Deux suspects ont été interpellés mais nient leur implication dans ces violences.

Les policiers de Limoges ont interpellé deux personnes après avoir été visés par des jets de pierre dans le quartier de Beaubreuil (photo d'illustration)
Les policiers de Limoges ont interpellé deux personnes après avoir été visés par des jets de pierre dans le quartier de Beaubreuil (photo d'illustration) - © Police Nationale

Limoges, France

Une patrouille de routine a dégénéré ce mardi à Limoges pour deux agents de la police nationale. A leur approche, un jeune au visage a bloqué la progression de leur voiture avec une barrière et leur a crié "cassez-vous", tout en les insultant. Les quatre personnes qui l'accompagnaient, au visage en partie dissimulé comme lui, ont alors jeté plusieurs pavés dans leur direction et certains ont touché le véhicule. Les policiers ont eu le temps d'identifier deux jeunes déjà bien connus de leur service, avant de faire usage d'un lanceur de balle de défense pour se sortir de cette situation, sans toutefois toucher les agresseurs. 

Quelques heures plus tard, un suspect de 24 ans a été interpellé lors d'une opération de sécurisation dans ce quartier. Un autre jeune de 20 ans s'est rendu de lui-même en apprenant qu'il était recherché. Tous les deux nient les violences sur les policiers.  L’aîné, récidiviste, s'est même dit harcelé par les policiers qui lui en veulent. Ces jeunes sont tout de même convoqués devant la justice au mois de juillet pour s'expliquer.