Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un Biterrois voulait-il se venger des policiers ? Des photos et des armes retrouvées chez lui

-
Par , France Bleu Hérault

Le père du lycéen qui a perdu un œil au printemps dernier lors d'une manifestation à Béziers a été interpellé samedi après avoir insulté un policier en civil. Des armes ont été retrouvées chez lui. Il avait aussi stocké sur son téléphone portable des photos de policiers biterrois.

Un policier de dos
Un policier de dos © Radio France -

Béziers, France

Un motard d'une soixantaine d'années a été interpellé ce samedi 20 juillet à Béziers (Hérault) après avoir insulté et pris en filature (deux jours plus tôt) un policier en civil. Cet homme a été présenté ce lundi au parquet de Béziers à l'issue de sa garde à vue. Il a été remis en liberté sous contrôle judiciaire et devra s'expliquer début décembre devant le tribunal correctionnel de Béziers. Ce Biterrois est poursuivi pour violences volontaires sur mineur de moins de 15 ans et outrages à personne dépositaire de l'autorité publique.

Une vengeance ?

Ce policier rentrait chez lui jeudi dernier avec son enfant de neuf ans quand il a été pris à partie. Le fonctionnaire ne travaillait pas ce jour-là. Il avait donné rendez-vous à son enfant dans le centre-ville. Pour des questions de commodité, père et fils se retrouvent devant le commissariat. 

En arrivant à moto, la victime est reconnue par ce Biterrois, stationné à proximité des lieux, lui aussi avec son deux-roues. C'est alors qu'il commence à suivre sa victime. Le policier s’aperçoit de cette filature peu de temps après son départ du commissariat et lui demande des explications à l'arrêt à un feu rouge. Le ton monte, les insultes et les reproches fusent.  

Ton gamin a de la chance. Il a de beaux yeux, tu sais !

Le policier choqué porte plainte après avoir relevé la plaque d'immatriculation du véhicule et sans connaitre les raisons de cette agression gratuite en présence de son fils. L'auteur présumé est rapidement identifié et interpellé. 

Un fusil à lunette retrouvé à son domicile

Au cours de la perquisition de son domicile à Béziers, des armes non-déclarées de catégories C sont retrouvées notamment un Gomme Cogne. Il s'agit d'un  pistolet lanceur de balles en caoutchouc. Pire encore. Un fusil équipé d'une lunette de précision est aussi retrouvé. Cet homme était bien équipé et bien renseigné. Des photos de policiers sont aussi identifiées sur son téléphone portable. Le parquet ne confirme pas cet élément. (Mais ne l'infirme pas pour autant). 

Casier judiciaire vierge

Cet homme, inconnu de la justice, est le père de ce jeune qui a perdu un œil en décembre dernier, lors d'une manifestation  de lycéens devant l'établissement Jean Moulin à Béziers. Un tir de flash-ball (utilisés par les forces de l'ordre) a un temps été avancé, mais l'enquête de la police des polices a été classée sans suite au début de l'été, l'auteur du tir n'ayant pas été identifié. Enquête qui pourrait être rouverte à la demande d'un juge d'instruction. 

Cet homme était aussi en possession de l'identité de deux policiers qui seraient d'après lui responsables des tirs qui ont gravement blessé son fils

Ce Biterrois, fortement touché par l'état de santé de son enfant en voudrait-il aux forces de l'ordre ? Il apparaît comme déterminé. Pourquoi alors a t-il été remis en liberté à l'issue de sa garde à vue ?

Pourquoi et quand s'est-il équipé ? Avait-il l'intention de se faire justice lui-même?

Cette remise en liberté inquiète les policiers. Les syndicats déplorent cette filature. Un acte prémédité. Unité SGP Police espère une réponse pénale sévère alors que les outrages ne cessent de se multiplier dans le département, et partout en France.

Une filature inquiétante d'autant que la victime était avec son enfant

Yann Bastiére (Unité SGP Police) attend une réponse pénale sévère alors que les outrages contre les policiers se multiplient dans l'Hérault

Cette décision provoque aussi la colère d'Alliance Police Nationale qui apporte son total soutien aux policiers menacés et agressés. L'impunité doit cesser écrit le trésorier Ghislain Marty dans un communiqué : 

Si la justice n'est pas capable d'éloigner réellement les auteurs de leur victime, nous exigeons que notre institution prenne toutes les mesures possibles pour protéger notre collègue en danger

Cette agression la semaine dernière n'est pas unique. Dimanche matin (à 05h30) un policier du commissariat d'Agde a aussi été frappé à la fin de son service. Il rentrait chez lui après sa nuit quand il a aperçu un véhicule qui roulait à vive allure. Deux automobilistes ivres l'ont frappé au visage avant l'intervention de la gendarmerie et d'un agent de la police ferroviaire qui avait lui aussi terminé son service.

Des agressions et des outrages trop nombreux déplore Yann Bastiére, du syndicat Unité SGP Police. 

Agressions de Flic : Alerte Rouge en Occitanie

Ce n'est pas nouveau, les outrages contre les policiers se sont multipliés ces derniers mois dans l’Hérault comme partout en France depuis la révolte des gilets jaunes. Les actes prémédités sont rares mais auraient tendance à se développer d'après les syndicats. C'est pour cette raison qu'ils réclament l'un et l'autre des actions fortes, rapides et efficaces.