Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Des policiers municipaux ont-ils outrepassé leurs droits à Béziers ?

-
Par , France Bleu Hérault

Une enquête est ouverte à Béziers après une plainte déposée par un automobiliste qui assure avoir été passé à tabac le jour de son arrestation. Les mis en cause pourraient être entendus par la police des polices. L'accusateur, qui portait des traces de coups, n'est cependant pas un enfant de cœur.

Police Municipale de Béziers
Police Municipale de Béziers © Radio France - Stéfane Pocher

Béziers, France

Une plainte a été déposée contre cinq policiers municipaux de Béziers pour des faits de violence. Un homme de 29 ans aurait été brutalisé le 26 octobre lors de son arrestation. Cet automobiliste affirme avoir été roué de coups, ce que démentent les agents. 

L’arrestation a été mouvementée. Cet homme, sans permis de conduire, surpris en grand excès vitesse à Béziers, a tenté de prendre la fuite, prenant des risques importants au volant de sa Peugeot 206 d’abord sur les allées Paul-Riquet, à une heure fréquentée (après 20h) puis dans des ruelles à proximité.

Le conducteur sans permis avait visiblement des choses à se reprocher

Le conducteur refuse d'obtempérer à plusieurs reprises. Il aurait grillé notamment trois feux rouges avant de foncer délibérément sur des policiers à pied lui faisant signe de s'arrêter avenue Clemenceau (scène a priori filmée par une caméra de vidéo-protection). Rattrapé par les policiers municipaux, ce dernier, qui assure avoir été plaqué au sol et tabassé, aurait refusé de se laisser menotter. 

L’enquête devait être confiée à l’IGPN, comme les fois précédentes

L’accusateur n’est pas un enfant de cœur. Il a un casier judiciaire bien chargé : 27 condamnations, notamment deux pour viol. Ce Drômois, sorti de prison 15 jours plus tôt, voulait s’installer dans le Biterrois.

Ce n’est pas la première fois que des policiers municipaux sont accusés de violence à Béziers : 45 plaintes, d’après nos informations, depuis l’élection de Robert Ménard. Les enquêtes externes, menées par la police des polices n’ont rien donné. Un seul agent a été poursuivi en correctionnelle en 2018, mais un non-lieu a été prononcé par la justice.

Les accusations sont faciles

Les policiers municipaux visés par cette plainte devraient être entendus assez rapidement. Quant à la victime présumée, elle a dû s’expliquer sur les délits routiers reprochés (conduite sans permis et tentative de fuite), et a été condamnée mercredi dernier à deux ans de prison et maintien en détention. 

La mairie de Béziers soutient ses équipes 

"Comment accorder du crédit à de telles accusations de violences (précise la mairie dans un communiqué), prétendument commises par des policiers municipaux, quand celles-ci proviennent d'un individu au si lourd passé judiciaire ? Au cours de sa fuite, son refus d'obtempérer et sa violente rébellion ont gravement mis en danger les Biterrois. Sans parler de la violence de sa rébellion et des coups portés à nos policiers. De tels comportements inconscients et ultra-violents doivent être sévèrement punis, tout comme les fausses accusations envers nos policiers municipaux. Ceux-ci ont agi avec sang-froid et professionnalisme : ils gardent toute la confiance du maire de Béziers. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu