Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des policiers victimes de tirs de mortiers à Béziers

-
Par , France Bleu Hérault

Pour la troisième fois en l'espace de dix jours, des policiers ont été pris pour cible par des tirs de mortiers ce lundi soir à Béziers, dans le quartier de la Devève. Des jeunes armés de barres de fer avaient déjà tenté de "casser du flic" déplore Fabrice Aebi du syndicat SGP Police FO.

Police illustration
Police illustration © Radio France - Stéfane Pocher

"Trop, c'est trop". Fabrice Aebi, le représentant du syndicat SGP Police FO réagit vivement ce mardi après de nouvelles violences à Béziers (Hérault) contre les forces de l’ordre. "C’est insupportable, cela ne peut plus continuer de la sorte." 

Ce lundi soir  vers 20h30, lors d'une opération de contrôle de police dans le quartier de la Devèze, des fonctionnaires ont été la cible de tirs de projectiles en tout genre par "une bande de voyous. Les policiers ont su faire preuve, une fois de plus, de maîtrise et de professionnalisme en faisant usage de leurs armes intermédiaires afin de pouvoir quitter les lieux sans danger''. 

''La violence n'a plus de limite. Elle est démesurée", dixit Fabrice Aebi.

Dans la nuit, vers 23h, une trentaine d'individus tentent d'incendier une caméra de vidéosurveillance. Les forces de l'ordre sont  nouvelle fois la cible de jets de projectiles et de tirs de mortiers non loin de la passerelle Nelson-Mandela à Béziers. Heureusement, aucun agent n'a été blessé.

''La violence n'a plus de limite. Elle est démesurée'' dixit Fabrice Aebi'

Un guet-apens une semaine plus tôt

Le dimanche 18 avril, les fonctionnaires de police-secours de nuit, avaient déjà évité un guet-apens cette fois dans le quartier de la Grangette. Des containers poubelles avaient été placés au milieu de la chaussée, au niveau de chaque issue du quartier, afin de bloquer les véhicules de police. Plusieurs individus vêtus de noir, portant une capuche et armés d'objets de type barre de fer ont alors tenté d'agresser les policiers.

"Tous ces voyous ne veulent qu'une seule chose, casser du flic. Ces individus complètement désœuvrés multiplient les actes de violence qui sont de plus en plus démesurés, il n'y a plus de limite. Le professionnalisme de nos collègues a permis d'éviter des drames jusqu'à présent." 

"Je ne sais pas combien de temps les forces de l'ordre vont pouvoir tenir, nous sommes à bout et en sous effectifs."

Lors de son déplacement à Montpellier la semaine dernière, Emmanuel Macron a annoncé le renfort de 12 policiers dans la circonscription de Béziers. "Ce complément d'effectif sera-t-il suffisant ?" s'interroge Fabrice Aebi. "Je ne sais même pas si cela compensera les départs à la retraite."

Des peines minimales pour les auteurs de violences

Le syndicat Unité SGP Police FO de l'Hérault espère que le Beauvau de la sécurité permettra de répondre en urgence à l'une de ses attentes à savoir, "des peines minimales pour les auteurs de violences ou des voies de faits à l'encontre des représentants des forces de l'ordre''.

Le syndicat demande que tout soit mis en œuvre pour que ces auteurs soient identifiés, interpellés et exige une vraie réponse pénale de la plus grande sévérité. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess