Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'incendie de Gabian

Après la mort d'un des leurs, des pompiers de l'Hérault convoqués par la justice

mardi 12 mars 2019 à 7:04 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault

Un peu plus de deux ans et demi après l'incendie de Gabian (Hérault) au cours duquel un pompier de 24 ans a trouvé la mort, des cadres du Sdis sont convoqués à partir d'aujourd'hui dans le bureau de la juge d'instruction. Les auditions devraient durer plusieurs jours.

Les obsèques de Jérémy Beier, en septembre 2016
Les obsèques de Jérémy Beier, en septembre 2016 © Maxppp -

Gabian, France

Nouvelle étape dans l'enquête sur l'incendie de Gabian qui a coûté la vie à un pompier, Jérémy Beier, 24 ans, en août 2016 et au cours duquel trois de ses collègues ont été très grièvement brûlés. À partir d'aujourd'hui, et durant plusieurs jours, la juge d'instruction chargée de ce dossier a convoqué sept membres de la chaîne de commandement du Sdis 34, dont l'ancien numéro 1 du Service d'incendie et de secours de l'Hérault, Christophe Risdorfer. Ces auditions pourraient déboucher sur des poursuites, notamment des mises en examen.

Une mise en examen n'est pas une culpabilité

Commentaire de Kleber Mesquida, le président du Conseil départemental et du Sdis 34 : "Nos collègues sont convoqués pour éventuellement être mis en examen. Tous? Aucun? Certains? J'attends, je suis serein, la justice fait son travail mais une mise en examen n’est pas une culpabilité donc j'attendrai que la justice statue, je laisserai le jugement se dérouler et ensuite on avisera en fonction des éléments et des motifs".

Au cœur de cette enquête, ouverte pour homicide et blessures involontaires, sont pointés des dysfonctionnements du matériel et du système d'auto-protection des pompiers.