Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

Des pompiers et des médecins de Drôme et d'Ardèche partent aider les secours à Beyrouth au Liban

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Des pompiers et des soignants de Drôme-Ardèche partent samedi pour aider les secours libanais après les explosions, mardi, dans le port de Beyrouth.

Les silos à grain du port de Beyrouth, éventrés par les explosions
Les silos à grain du port de Beyrouth, éventrés par les explosions © Radio France - Nathanaël Charbonnier

Des pompiers, des médecins et des infirmières bénévoles partent samedi matin à Beyrouth (Liban) pour aider les secours à sauver les blessés après les explosions de mardi, dans le port de la capitale. L’association Aides Actions internationale pompiers (AAIP), fondée par le Drômois Claude Lett, envoie une équipe de neuf personnes. Sept sont des Drôme-Ardéchois et deux viennent de Caen. En arrivant, ils devront être recensés pour se voir confier certaines missions par les secouristes sur place. Les soignants devraient notamment aider les médecins dans les hôpitaux et les pompiers pourraient déblayer les décombres et essayer de retrouver certains blessés.  

"Il faut s'attendre à voir des choses assez difficiles" - un médecin de Guilherand-Granges

"On vient en renfort des structures médicales qui sont débordées", assure Claude Lett, lui même ancien pompier. "L'aide aux autres, c'est notre cœur de métier, surtout dans une catastrophe de ce type." Pierre Fouillant fera partie de l'équipe. Ce médecin retraité de Guilherand-Granges est habitué des missions humanitaires mais s'attend tout de même au pire : "On a vu des images. Il faut s'attendre à voir des choses assez difficiles. Il y a toujours une petite part de peur au ventre." Ils sont tous relativement sereins. Jean-Marc Chesnet était en vacances quand il a décidé de partir. "J'ai la possibilité de partir donc on ne regarde pas et on part", affirme ce lieutenant du centre de secours de Tain-l'Hermitage.

Six cents kilos de matériel et de soins

L'équipe part avec environ 600 kilos de matériel de soins. Ils s’étaient déjà mobilisés sur d'autres catastrophes comme les tremblement de terre en Haïti et en Indonésie. Jusqu'au départ, l'association cherche des subventions. Ils font un appel au dons, possible via leur site internet et par voie postale à l'adresse suivante : Centre de secours, 1 rue Lucien Ferlay, 26600 Tain-l'Hermitage.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess