Faits divers – Justice

Des propos islamophobes jugés à Belfort

Par Nicolas Raffin, France Bleu Belfort-Montbéliard jeudi 3 juillet 2014 à 14:42

la justice (illustration)
la justice (illustration) © Ignatius Wooster - Fotolia.com

Christine Tasin, la présidente de Résistance républicaine était jugée mercredi au tribunal correctionnel de Belfort. En cause, ses propos tenus sur l'islam en octobre 2013. Trois mois de prison et 3000 euros d'amende ont été requis.

Christine Tasin se présente à l’audience habillée en bleu blanc rouge. Comme les couleurs de la France qu’elle dit vouloir protéger. « L’islam est un danger pour la France […] je suis islamophobe et fière de l’être  » : à la barre, elle assume ses propos.

En octobre 2013, elle a un vif échange avec Olivier Benamirouche, responsable du Cri (coordination contre le racisme et l’islamophobie) à Belfort. Un échange pendant lequel elle traite l’islam de « saloperie  ». Pour son avocat maître Scipilliti, le propos n’est pas condamnable car il vise la religion et non pas une personne en particulier : « on a le droit de dire qu’on a la haine de l’islam, c’est parfaitement légal. Si on condamne ces propos, c’est la mort de la liberté d’expression » .

"On ne peut pas déverser des flots de haine sans être condamné"

Le procureur voit les choses tout autrement : pour lui cette phrase est clairement insultante à l’égard des musulmans, et sort du cadre de la liberté d’expression. Il requiert 3 mois de prison avec sursis et 3000 euros d’amende. Pour Olivier Benamirouche, « on en a un peu ras-le-bol que l’islamophobie soit banalisée, on ne peut pas déverser des flots de haine sans être condamné  ».  La décision sera rendue le 8 août prochain.