Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des quartiers plongés dans le noir à Marseille, faute d'éclairage public

-
Par , France Bleu Provence

Des rues privées d'éclairage public à Marseille, un problème récurrent du nord au sud de la ville. Ces coupures plongent des quartiers entiers dans le noir et créent un sentiment d'insécurité. Des habitants tirent la sonnette d'alarme.

Rue privée d'éclairage public (photo d'illustration)
Rue privée d'éclairage public (photo d'illustration) © Maxppp -

Marseille, France

Une rue soudainement plongée dans le noir, faute d'éclairage public, et des habitants inquiets : la scène se répète régulièrement dans tous les quartiers de Marseille, du nord au sud, du bord de mer aux quartiers plus excentrés. Exemple dans les 2e et 3e arrondissements, un secteur qui souffre déjà d’être qualifié de "quartier le plus pauvre d'Europe". 

"Je sens que mon quartier est abandonné, comme si on ne faisait pas partie de Marseille." (Mohammed Benhayoun, président du CIQ Saint-Lazare)

Le président du CIQ Saint-Lazare tire régulièrement le signal d'alarme pour souligner combien il est difficile pour les habitants de vivre sans éclairages public : "Ça arrive presque une fois par semaine, ça engendre de l'insécurité dans le quartier,les gens ne sortent plus, ils ont peur. On est abandonné, je sens que mon quartier est abandonné, comme si on ne faisait pas partie de Marseille. Il faut que la ville trouve une solution." Mohammed Benhayoun ne croit pas à des pannes, mais évoque des "coupures volontaires". "Pour faire des économies", sous-entendent d'autres habitants

Des pannes, pas des coupures volontaires, selon la municipalité

Pour Monique Daubet, l'adjointe à la ville de Marseille en charge de l'éclairage public, il ne s'agit en aucun cas de coupures volontaires, mais bien de pannes. "La Ville de Marseille gère un parc de 70.000 points lumineux, donc forcément, des pannes peuvent arriver.

Monique Daubet précise "qu'en cas de panne constatée, il fautappeler Allo Mairie au 0810 813 813 et l'astreinte de la SNEF intervient tout de suite. On n'abandonne personne à Marseille ! Ça peut mettre plus de temps si la panne est importante, mais on fait en sorte de rétablir au plus vite l'éclairage, pour sécuriser les administrés." 

Et à ceux qui évoquent des coupures volontaires, la Ville de Marseille répond que "les économies d'énergie, on les prévoit en rénovant l'ensemble de notre parc d'éclairage public petit à petit, en les passant en led."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu