Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des religieuses abusées par des prêtres : un documentaire choc dénonce "l'autre scandale" de l'Église

mardi 5 mars 2019 à 15:37 Par Kevin Boderau, France Bleu

Dans un documentaire intitulé "Religieuses abusées, l'autre scandale de l'Église" et diffusé ce mardi soir sur Arte, on découvre les témoignages glaçants de religieuses qui affirment avoir été abusées par des prêtres sans que ceux-ci ne soient jamais vraiment inquiétés.

Des religieuses auraient été abusées par des prêtres au sein de l'Église, dans le monde entier
Des religieuses auraient été abusées par des prêtres au sein de l'Église, dans le monde entier © AFP - LILLIAN SUWANRUMPHA

Alors qu'un sommet se tenait au Vatican la semaine dernière sur les abus sexuels au sein de l'Église, un documentaire intitulé "Religieuses abusées, l'autre scandale de l'Église" (en écho aux multiples affaire de pédophilies révélées ces dernières années) de Marie-Pierre Raimbaud et Éric Quintin est diffusé ce mardi sur Arte. Il dévoile un autre tabou : celui des religieuses abusées par des prêtres au sein de l'Église, dans le monde entier et aussi en France. 

"Il a mis ses mains sur mes seins, en disant que c'est comme cela que je pouvais être guérie" - laure, ancienne religieuse

Laure (nom d'emprunt) fait partie de ces victimes. Elle n'est pas présente dans le documentaire mais sur France Culture elle raconte qu'à 19 ans, elle entre dans une communauté religieuse du centre de la France, en 1984. À l'époque c'est une jeune femme fragile, qui a déjà subi un viol, dans la rue à l'âge de 14 ans. Elle compte donc sur l'Église pour réparer son traumatisme, et va se confier, en 1986, à un prêtre, très reconnu au sein de sa communauté. 

"Je lui ai raconté mon histoire je lui ai dit que ça n'allait pas, que je n'allais pas bien, et puis pratiquement tout de suite il a mis ses mains sur mes seins, en disant que c'est comme cela que je pouvais être guérie", raconte Laure. "Après il a descendu ses mains, il les a mises entre mes cuisses en disant que la seule solution pour être guérie, c'était de toucher les points qui avaient été salis. Cela m'a tellement sidérée. Ce prêtre a fait que ma vie s'est enfoncée encore plus".

Omerta et impunité

En 2016, alors qu'elle a quitté la vie religieuse depuis près de 20 ans, Laure parvient enfin à raconter son agression. La justice canonique se saisit de l'affaire et juge le prêtre qu'elle accuse. Celui-ci reconnaît des "gestes déplacés", mais l'Église ne décide d'aucune sanction à son égard.
"L'Église, elle a peur", explique Laure. "Pendant des années, ça a été caché maintenant on parle, et moi je ne me tairai jamais, et je ne me tairai jamais plus parce que je veux qu'il y en ait d'autres qui parlent".
Laure a décidé d'écrire au Procureur de la République de Paris, même si les faits sont désormais prescrits. Mais d'après elle, une quinzaine d'autres religieuses auraient subi des abus sexuels de la part de cet homme.

Véronique Margron présidente de la Conférence des religieux et religieuses de France (CORREF) a pu visionner le documentaire avant sa diffusion : "Je suis atterrée, je suis comme violentée à l'intérieur de moi-même. Qu'il y ait des prédateurs, des sortes de criminels en série, en France, à Rome, partout, malheureusement on le sait, mais qu'il y ait en même temps, ce que l'on voit dans ce documentaire, des communautés complices, des supérieurs qui semblent organiser quelque chose qui relève de trafic humain avec leurs propres sœurs, c'est incompréhensible".

"N'importe quelle organisation criminelle ne fait pas pire" - Véronique Margron

Une réalité d'autant plus scandaleuse qu'elle se déroule au sein de l’Église, estime Véronique Margron "de voir que ceci est fait sous couvert de la religion, sous couvert du vœu d'obéissance, qui dans la vie chrétienne, est fait pour rendre libre, pas pour rendre esclave".

Le 5 février dernier le pape François a reconnu les cas d'agressions sexuelles de religieuses par des clercs.

"Religieuses abusées, l'autre scandale de l'Église" est diffusé ce mardi soir à 20h50 sur Arte.