Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Des Roumains tentent d'entrer en France avec de faux tests PCR, un vaste réseau soupçonné

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Vendredi 26 mars, la Police aux Frontières arrête au péage du Boulou trente-cinq ressortissants Roumains dans un bus venant d'Espagne. Tous les passagers ont un faux test PCR avec eux. Derrière cette affaire, un possible réseau, en Espagne, de falsification des tests PCR à grande échelle.

La police nationale espagnole enquête sur un possible réseau de falsification des tests PCR.
La police nationale espagnole enquête sur un possible réseau de falsification des tests PCR. © Radio France - Sébastien Berriot

Tout commence par un contrôle de routine à la barrière de péage du Boulou. Les fonctionnaires de la Police aux frontières vérifient, vendredi dernier, les attestations des tests PCR des passagers du bus qu'ils viennent d'arrêter. Les tests sont devenus obligatoires depuis début février.    

Une enquête déjà ouverte en Espagne 

Et là, les policiers s'aperçoivent rapidement que les trente-trois passagers du bus de nationalité Roumaine, ainsi que les deux chauffeurs sont tous munis de faux tests PCR. Les passagers sont convoqués en audition libre et les chauffeurs, eux, placés en garde à vue à Perpignan.  

C'est là que la police espagnole de la Jonquera intervient et s'intéresse à l'affaire. Le Parquet de Perpignan transmet alors dans la foulée tout le dossier aux Espagnols. Car depuis quelques semaines ils enquêtent déjà sur un possible réseau de falsification des tests PCR à grande échelle

Vaste réseau de falsification 

De faux laboratoires sont soupçonnés de vendre des attestations falsifiées pour une cinquantaine d'euros. Les trafiquants utiliseraient pour cela de vrais documents récupérés dans des laboratoires, avec de vrais références administratives, et ne changeraient que l'identité de la personne.  

Un marché illégal qui semble s'être développé ces derniers mois en Espagne, car les dépistages ne sont pas donnés. De l'autre côté de la frontière, il faut compter plusieurs centaines d'euros pour faire un test PCR ou bien un test antigénique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess