Faits divers – Justice

Des scellés détruits dans l'affaire Mathis

Par Nolwenn Le Jeune, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu mardi 12 septembre 2017 à 19:31

Le camping car avait été retrouvé vide 3 jours après la disparition.
Le camping car avait été retrouvé vide 3 jours après la disparition. © Maxppp - maxppp

Le camping-car, dans lequel le père de Mathis a emmené son fils, a été vendu. Sylvain Jouanneau, qui n'a jamais dit depuis 2011 ce qu'il avait fait de l'enfant, a été condamné à 20 ans de réclusion pour enlèvement et séquestration. Mais une enquête est toujours ouverte pour homicide volontaire.

Alors que l'on continue de faire parler l'ADN - ou d'essayer de le faire - dans l'affaire Grégory 33 ans après, dans l'affaire non résolue de la disparition de Mathis à Caen, des scellés importants ont été détruits. Le camping car, avec lequel Sylvain Jouanneau était parti en week end avec son fils le 2 septembre 2011, a été vendu.

Le camping car retrouvé vide trois jours après la disparition

Sylvain Jouanneau avait récupéré son fils le vendredi 2 septembre 2011, conformément à son droit de garde. Il aurait dû le ramener à sa mère le 4, à la veille de la rentrée scolaire. Mais le père et le fils ne sont jamais revenus. Le mercredi suivant, le camping-car était retrouvé à Villers-Bocage, à 35 kilomètres de Caen, avec son passeport.

Le lendemain, le 10 septembre, c’est sa Peugeot 206 break qui était découverte à 5 kilomètres de Bayonne. Aucune trace de sang n’avait été relevée dans les véhicules. Dans le break, les enquêteurs avaient trouvé des emballages de petits jeux de voyage et des tickets d’achat de jouets et de trois livres sur l’islam effectués le 30 août à Caen. Ce maçon, dont le casier judiciaire est vierge, avait été arrêté le 9 décembre 2011 près d’Avignon.

Un élément de preuve important détruit selon l'avocate de la mère

Le père de Mathis a été condamné en 2015 à 20 ans de réclusion pour l'enlèvement et la séquestration de son fils. Enfermé dans son mutisme durant le procès, il a juste indiqué que Mathis avait été confié à des tiers et qu'il allait bien. Sylvain Jouanneau n'ayant pas fait appel, sa condamnation est donc définitive. Et en 2015, la cour d'assises n'a pas ordonné la confiscation des scellés.

Mais parallèlement, une enquête est toujours en cours pour homicide volontaire. Elle est confiée à un juge d'instruction caennais qui poursuit les investigations. Et le magistrat n'a pas jugé nécessaire de conserver le camping car. Aline Lebret, l'avocate de la mère de Mathis, regrette amèrement la destruction de cet élément de preuve potentiellement important.

Aline Lebret, avocate de la mère de Mathis, Nathalie Barré