Faits divers – Justice

"Des similitudes" entre le crash de l'A320 dans les Alpes et celui du Mont Saint-Odile en 1992

Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass mardi 24 mars 2015 à 19:04

Le crash du Mont Saint-Odile le 20 janvier 1992 impliquait aussi un Airbus A320
Le crash du Mont Saint-Odile le 20 janvier 1992 impliquait aussi un Airbus A320 © MAXPPP

Le crash de l'A320 de la compagnie allemande Germanwings dans les Alpes de Haute-Provence ce mardi a ravivé de douloureux souvenirs pour les proches des victimes de l'accident d'un autre A320. Un Airbus d'Air Inter s'était écrasé en Alsace sur le Mont Saint-Odile en janvier 1992.

Ce n’est pas la première fois qu’un Airbus A320 s’écrase en France. Les deux autres précédents s’étaient déroulés en Alsace. Le 26 juin 1988, un A320 s’était écrasé dans la forêt de la Hardt à Habsheim , tout près de Mulhouse. L’appareil était alors en démonstration lors d’un meeting aérien. Il s’agissait d’un vol de découverte de l’appareil pour les 136 passagers. L’accident avait fait 3 morts et plusieurs blessés. Les pilote et copilote et l’organisateur du meeting avaient été condamnés.

Plusieurs passagers avaient survécu à l'époque et la catastrophe de ce mardi 24 mars a ravivé de douloureux souvenirs. *"Ce choc [...] m'a complètement bouleversé [...] même après 26 ans"* * , raconte Gerda qui se rappelle : *"J'étais prisonnière de ma ceinture. Ca a fait un appel d'air quand la porte à l'avant a pu s'ouvrir et toutes les flammes ont foncé sur moi. Elles m'ont brûlé au troisième degré profond le visage et le corps du côté droit" .

9h Gerda

> * Crash d'un A320 de Germanwings: 150 morts, une boîte noire retrouvée*

Mais l’accident le plus meurtrier d’un A320 en France était jusqu’à présent celui du Mont Saint-Odile . Le 20 janvier 1992, un appareil d’Air Inter qui assurait la liaison entre Lyon et Strasbourg s’était écrasé sur le Mont-Saint-Odile (près de Barr). 87 personnes étaient décédées, neuf avaient survécu.

"C'est la même génération que les avions du mont Saint-Odile et d'Habsheim"

Pour Alvaro Rendon, aujourd’hui président d’honneur d’Echo (entraide de la catastrophe des hauteurs du Sainte-Odile), "les conditions des deux accidents présentes plusieurs similitudes" : une zone géographique montagneuse, l’accès difficile des secours, le type d’appareil, mais aussi l’âge de l’avion. "Il y a 24 ans, c’est la même génération que les avions du mont Saint-Odile et d’Habsheim.» «Nous les familles des victimes, nous vivons donc difficilement la situation."

Pour le crash du Mont Saint-Odile, plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer la catastrophe: erreur de pilotage, défaillance de l’A320 ou erreur d’aiguillage. Malgré les procès, les causes de l’accident n’ont jamais été vraiment élucidées. Echo avait d’ailleurs engagé une action contre la lenteur de la justice. Aujourd’hui, Alvaro Rendon met en garde le président François Hollande et la chancelière Angela Merckel, "il ne faut pas que cela prenne 20 ans comme pour nous."

Crash / Rendon 1 - MF5 STUDIO

Partager sur :