Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des tensions de plus en plus fortes à la prison de Saint-Quentin-Fallavier

-
Par , France Bleu Isère

Menaces, agressions, départs de feu en cellule et incendie d'un véhicule d'un surveillant. Depuis quatre jours, la tension monte à l'intérieur et aux abords de la maison d’arrêt du Nord Isère. Un syndicat de surveillant pénitentiaire appelle à une mobilisation demain mardi.

La prison de Saint-Quentin-Fallavier, en Isère (photo d'archives)
La prison de Saint-Quentin-Fallavier, en Isère (photo d'archives) © Radio France - Céline Loizeau

En quelques jours la tension est nettement montée au sein de l'établissement. Plusieurs agents ont été menacés, insultés. Des départs de feu ont été constatés dans plusieurs cellules, notamment au sein du très surveillé quartier d'isolement. En outre, dans le week-end, le véhicule d'un surveillant de la prison a été incendié sur le parking réservé aux personnels.

"Après les agressions, actes incendiaires, les crachats et menaces de mort survenues dans nos murs le jeudi 12 mai, après les agressions perpétrées le 14 mai au soir à l'encontre d'un employé et d'un personnel Pénitentiaire par des individus cagoulés, le véhicule d'un agent a été incendié sur le parking privatif de l'établissement ce samedi 15 mai en fin de soirée et un deuxième a été roulotté." dénonce  dans un communiqué le syndicat UFAP-UNSA. 

Des moyens de sécurité ont été déployés par la gendarmerie, pour sécuriser le site, en lien avec la direction de l'établissement. Mais cela n'est pas suffisant pour le syndicat "UFAP-UNSA" qui demande "le dédommagement matériel et moral des victimes de ces actes" et une "protection rapprochée" des agents au moment de leur arrivée sur le site et à la fin de leur service. Les agents sont appelés à manifester demain matin, mardi 18 mai, devant les portes de la maison d'arrêt.   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess